RSS

« JEEPERS CREEPERS – LE CHANT DU DIABLE » (2001)

28 Oct

JEEPERS2« JEEPERS CREEPERS – LE CHANT DU DIABLE » (titre français qui ne veut strictement rien dire) démarre très fort. Truffé de références à « DUEL », « HITCHER » ou « MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE », il replonge délicieusement en terrain connu : celui de l’horreur ‘redneck’.

La première moitié est extraordinaire. Victor Salva soigne la photo, les cadrages, le mixage, la tension grimpe à une vitesse folle et – cerise sur le gâteau – les deux jeunes acteurs principaux, Gina Philips et Justin Long, jouant un frère et une sœur, sont excellents. On s’accroche à son fauteuil, la terreur s’immisce progressivement sans jamais céder aux sempiternels clichés du genre. Et puis arrive, fatalement, le point culminant : le moment où on commence à voir plus clairement le monstre. Il est très réussi, la question n’est pas là. Mais le mystère se dissipe instantanément pour laisser place à la violence, au « gore » et aux passages obligés du cinéma « de trouille » traditionnel. Ainsi, l’attaque du poste de police renvoie à « TERMINATOR » ou à « HITCHER » déjà cité et le tueur ailé et cannibale (sic !) ne parvient plus à vraiment terroriser.

Cela n’empêche pas le film de garder une belle tenue jusqu’au bout et un esthétisme auquel l’amateur ne restera pas insensible. Justin Long est d’un naturel parfait, aussi attachant et spontané qu’il est tête-à-claques, la très belle Gina Philips lui donne une réplique parfaite et s’affirme comme une authentique héroïne de slasher plutôt qu’une banale ‘scream queen’ passive. Parmi les seconds rôles, on aperçoit Eileen Brennan en « dame aux chats » dans une séquence et Patricia Belcher (« BONES ») en médium pas vraiment au point.

JEEPERS

GINA PHILIPS, JUSTIN LONG ET JONATHAN ET JONATHAN BRECK

Un très bon film donc, qu’un scénario qui s’essouffle trop vite empêche d’être un vrai classique du genre. Il fut suivi de deux sequels : une en 2003, l’autre en 2017, toutes deux réalisées par Victor Salva. Dans la seconde reparaît, pour notre plus grande joie, Gina Philips.

Publicités
 
11 Commentaires

Publié par le 28 octobre 2017 dans FILMS D'HORREUR, LES FRANCHISES

 

11 réponses à “« JEEPERS CREEPERS – LE CHANT DU DIABLE » (2001)

  1. Patrick

    28 octobre 2017 at 9 h 26 min

    Je n’en garde pas un grand souvenir sauf que ce film d’horreur m’avait moyennement enthousiasmé.

     
  2. Kinskiklaus

    28 octobre 2017 at 9 h 58 min

    « Jeepers Creepers » (ce titre m’a toujours fait penser à une marque de céréales pour le petit déjeuner) est une relative bonne surprise et se place dans le haut du panier parmi les 127 000 films d’horreur sortis depuis l’an 2000. Un bon moment, assez vite oublié ceci dit. Petite erreur dans ta chronique, Fred, c’est dans le troisième que réapparaît Gina Philips. Et puisque j’ai envie de te mettre en rogne de bon matin, utiliser « second » est incorrect car un troisième film est sorti. Il faut écrire « deuxième ». Inadmissible !

     
  3. walkfredjay

    28 octobre 2017 at 10 h 05 min

    Je corrige « second ». Mais c’est bien dans la seconde sequel qu’elle reparaît et dans le troisième film ! 🙂

     
    • Val

      28 octobre 2017 at 11 h 50 min

      Dans la série « les chansons que je connaissais sans le savoir », voici « Jeeper Creepers » !
      Merci Fred de m’avoir fait redécouvrir ce standard.
      Ceci dit, j’avoue que le jazz n’est pas ma « tasse de thé ».

       
  4. Kinskiklaus

    28 octobre 2017 at 10 h 12 min

    Tu le prends sur ce ton ? Très bien :La vengeance sera terrrrriiiiiiiiiiiiiiiiiiiible ! Mon petit doigt et mon gros nez me disent que ses suites seront chroniquées prochainement ici même. La présence de la trop rare Meg Foster attise ma curiosité.

     
  5. Kinskiklaus

    28 octobre 2017 at 10 h 16 min

    Un petit Louis Armstrong, ça ne se refuse pas, j’adore le jazz. Je découvre que Francis Ford Coppola fait partie des producteurs de ce film. Étonnant…

     
  6. walkfredjay

    28 octobre 2017 at 10 h 19 min

    Oui, ça n’a rien d’un banal DTV. Si Salva s’était associé à un bon scénariste, on aurait pu obtenir un vrai cult-movie. Pas passé loin, toutefois…

     
    • Kinskiklaus

      28 octobre 2017 at 10 h 26 min

      Beaucoup d’amoureux du genre le rangent dans la catégorie « culte » et encore aujourd’hui, il jouit d’une bonne réputation.

       
  7. Seb

    28 octobre 2017 at 11 h 20 min

    Je l’avais découvert il y a une dizaine d’années et ç’avait également été une très bonne surprise pour moi ; un film d’horreur qui n’a rien de révolutionnaire et qui dégage pourtant une fraîcheur, un style, une énergie franchement appréciables. Ta chronique m’a donné envie de le relancer, tiens !

     
  8. JICOP

    28 octobre 2017 at 13 h 45 min

    Bonne surprise à l’époque que ce bon petit film d’horreur lorgnant effectivement dans la première partie vers le  » massacre à la tronçonneuse  » , avec sa petite bourgade U.S abandonnée , ses pick-up d’époque et ses rednecks cradingues . ( on peut rajouter  » Détour mortel  » à la liste ) .
    Le ton est surprenant . Les victimes potentielles ne sont pas les teenagers habituels des slashers .
    Salva soigne sa mise en scène .
    Le no 2 jouera la surenchère comme de coutume .
    Salva risque de ne pas jouer la prolongation de carrière au vu de ses ennuis avec la justice , ayant un penchant certain et reconnu pour les jeunes garçons .

     
  9. Thomas

    28 octobre 2017 at 15 h 46 min

    Dommage que Gina Philips n’est pas vraiment fait carrière

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :