RSS

HAPPY BIRTHDAY, LOUIS !

30 Oct
MALLE

LOUIS MALLE (1932-1995), RÉALISATEUR DE LA NOUVELLE VAGUE, À LA CARRIÈRE INÉGALE MAIS PARSEMÉE DE PLUSIEURS CLASSIQUES.

Publicités
 
31 Commentaires

Publié par le 30 octobre 2017 dans ANNIVERSAIRES, FILMS FRANÇAIS

 

31 réponses à “HAPPY BIRTHDAY, LOUIS !

  1. Kinskiklaus

    30 octobre 2017 at 11 h 57 min

    Très déçu par « Le feu follet » découvert tardivement puisque cette année. Le film a extrêmement vieilli, beaucoup de scènes sonnent faux et le jeu de Ronet est obsolète au possible. A mille lieues du superbe et marquant roman de Drieu la Rochelle. A la place de « Fatale » (grosse déception et mineur), j’aurais mis « Atlantic city », « Au revoir les enfants » ou « Lacombe Lucien ».

     
    • Patrick

      30 octobre 2017 at 12 h 50 min

      J’aime bien Ronet, j’apprécie son style de jouer avec une certaine élégance désinvolte et nonchalante, le genre d’acteurs qui manque au cinéma français actuellement.

       
  2. walkfredjay

    30 octobre 2017 at 12 h 00 min

    Chacun ses Malle ! 🙂

     
  3. Kinskiklaus

    30 octobre 2017 at 12 h 45 min

    Exactement ! « Fatale », tu penses le chroniquer un de ces quatre ?

     
    • walkfredjay

      30 octobre 2017 at 14 h 41 min

      Je le reverrais bien, oui. Je garde surtout le souvenir de Miranda Richardson au sommet de sa carrière.

       
      • JICOP

        30 octobre 2017 at 17 h 28 min

        Tout à fait. Les autres acteurs ne sont pas en reste. La détresse de Jéremy Irons est terrifiante dans ce film.

         
  4. Miguel

    30 octobre 2017 at 12 h 46 min

    Louis Malle a su faire un documentaire saisissant sur l’Inde : « L’Inde fantôme »

     
  5. Patrick

    30 octobre 2017 at 12 h 46 min

    J’apprécie certains de ses films mais je ne le classerais par parmi mes réalisateur de prédilection ; j’ai aimé Atlantic City, La Petite, Lucien Lacombe, Le Voleur…Le feu follet est pas mal j’aime bien Ronet comme acteur.

     
    • walkfredjay

      30 octobre 2017 at 14 h 40 min

      Malgré un étonnant Lancaster soudainement vieilli, je n’avais pas été très sensible à « ATLANTIC CITY ». Il faudrait que je le revoie, ça commence à dater.

       
      • Patrick

        30 octobre 2017 at 18 h 05 min

        J’avais bien accroché et puis j’adore Lancaster (Malle voulait Mitchum) et j’aime bien aussi Susan Sarandon.

         
      • walkfredjay

        30 octobre 2017 at 18 h 54 min

        À la base, il avait écrit le rôle pour James Mason.

         
  6. laché

    30 octobre 2017 at 15 h 52 min

    Louis Malle est décédé en 1995.

     
    • walkfredjay

      30 octobre 2017 at 15 h 53 min

      Évidemment ! Coquille malvenue. Merci !

       
  7. JICOP

    30 octobre 2017 at 17 h 41 min

    Un vrai rebelle, Louis Malle.
    Fils de la grande bourgeoisie sucrière du Nord de la France, il n’a cessé de réaliser des films à scandale et choquer la bourgeoisie dont il faisait de toute évidence partie.
    On a tendance à l’oublier aujourd’hui.
     » Lacombe Lucien « ,  » la petite « ,  » le souffle au coeur « ,  » les amants  » entre autres ont brise quelques tabous à leur époque.
    Le plus dur pour ses contempteurs était que Malle ne jugeait pas, ne prenait pas partie et filmait le tout avec élégance.

     
  8. Dino Barran

    31 octobre 2017 at 20 h 00 min

    Un vrai rebelle avec beaucoup d’argent, ne l’oublions pas.
    Effectivement, il a commis quelques films dérangeants, au premier rang desquels Lacombe Lucien. Les Amants paraissent aujourd’hui bien fades. Le Souffle au coeur était pas mal, entouré d’un faux scandale lié à un inceste légèrement gratuit.
    Il a réalisé également quelques films « commerciaux » tels Viva Maria ! ou Le Voleur. Au revoir les enfants est particulièrement remarquable. En revanche Milou en mai me laisse perplexe et j’hésite à peine à considérer Black Moon comme une formidable daube.
    Bref un cinéaste éclectique et une oeuvre inégale. Malle n’a pas su ou voulu creuser son sillon comme ses acolytes Truffaut, Chabrol ou Godard.

     
  9. Kinskiklaus

    31 octobre 2017 at 20 h 45 min

    « Un vrai rebelle avec beaucoup d’argent, ne l’oublions pas. » Argent rime rarement avec talent or, Malle en était bourré (de talent). Je trouve dommage qu’il soit rarement cité comme un cinéaste majeur, de nos jours. Et la remarque de l’ami Jicop reste pertinente (pour une fois !) : Les sujets des films de Louis Malle possèdent, pour la plupart, un vrai sujet transgressif. Certains de ses films vieillissent moins bien mais pour moi, son oeuvre écrase, par son intelligence, celles de Truffade et du petit suisse.

     
    • walkfredjay

      31 octobre 2017 at 20 h 49 min

      C’est fou quand même, que Godard soit toujours cité dans la foulée de Truffaut, Chabrol, Malle, etc. cinéastes à succès répétés, alors que plus personne ne va voir ses films depuis au moins 50 ans ! C’est dire le choc qu’a dû provoquer « À BOUT DE SOUFFLE ».

       
      • Kinskiklaus

        31 octobre 2017 at 20 h 57 min

        Remarque très juste, Fred.

         
      • Marc Provencher

        5 novembre 2017 at 19 h 22 min

        Moi dans le quatuor en question, j’enlèverais carrément Chabrol (que j’aime beaucoup mais justement, il n’est pas à sa place dans ce panthéon-là) et je mettrais à la place Agnès Varda. Quant à triper « Nouvelle Vague », ‘CLÉO DE 5 À 7’ c’est d’la bonne.

         
      • walkfredjay

        5 novembre 2017 at 21 h 07 min

        En y réfléchissant bien, qui est vraiment à sa place dans ce panthéon, à part Godard et effectivement Varda ?

         
  10. Dino Barran

    1 novembre 2017 at 0 h 08 min

    Très juste. Mais c’est le quatuor historique de la nouvelle vague.

     
  11. Thierry

    1 novembre 2017 at 11 h 11 min

    Il y a dans Le Feu Follet un long plan fixe du visage d’une jeune femme en voiture dont le vent par la fenêtre ouverte fait danser les cheveux noirs. Pour moi, ce plan résume toute la nouvelle vague et l’époque où elle déferle : joliesse féminine encore corsetée, longueur d’une caméra modernement tenue à l’épaule, mélange de confort, la voiture, et de mélancolie, le regard perdu de la jeune femme… Sinon, je tiens Lacombe Lucien pour un chef d’oeuvre, détournement d’un cinéma « à la française » se servant de ses codes – ruralité brute, cabotinage du commissaire, champion de cyclisme, bonne d’hôtel à la cuisse légère, beauté futile…- pour asséner des vérités qui « fâchaient » fort. « Police allemandeu » chanté avec l’accent du Tarn me paraît un symbole indépassable de la collaboration, quasiment une formule publicitaire. Et puis, la preuve que c’est un grand film, c’est qu’il y a Aurore Clément dedans, non ?

     
  12. Marc Provencher

    1 novembre 2017 at 18 h 26 min

    Il a réalisé également quelques films « commerciaux » tels ‘VIVA MARIA !’ ou ‘LE VOLEUR’.

    Oui, c’est en voyant ‘LE VOLEUR’, qui selon moi est une merveille, que je me suis dit – encore une fois – que l’étiquette « Nouvelle vague », popularisée par des journalistes de l’époque, ne lui convenait guère. (Peut-être que ça convient davantage pour ‘LES AMANTS’ ou ‘LE SOUFFLE AU COEUR’?)

    Par « commercial », on entend en fait « populaire ». Ce que la Nouvelle vague a de plus détestable, ce n’est pas les films eux-mêmes, mais l’esprit doctrinaire qui les environne, et ses diktats d’exclusion, comme le titre de gloire d’avoir mis Aurenche et Bost au chômage. (Heureusement Tavernier est allé les récupérer).

    Si on ôte les masques, et surtout grâce au passage du temps qui permet un regard rétrospectif, il y a entre autres là-dedans une affaire de castes. Ici s’apprêtent à jouer, il est vrai, mes préjugés contre les Européens, y compris les Français, à mes yeux exagérément obnubilés par les classes sociales. Mais enfin bref, les chantres du Nouveau roman ne pouvaient blairer par exemple Simenon (cette soi-disant « littérature de gare »), car ses romans s’adressaient (et étaient immédiatement lisibles par) l’homme de la rue, monsieur et madame Tout-le-monde. Il suffit de savoir lire pour être pris par un Simenon. Quoi, comment, des romans qui ne sont pas destinés en priorité aux intellectuels, à nous, nous qui sommes éclairés ? Mais quel est ce scandale ? Et à Simenon on peut substituer – heureusement ! – des dizaines d’autres noms. Encore récemment, à la mort d’Heinrich Böll, à la mort de Chaim Potok, il s’est trouvé des critiques pour dire qu’ils ne pouvaient être grands car ils étaient trop simples.

    Pour la Nouvelle vague, on n’a qu’à faire la transposition : c’est le même tabac. Mais au fond, ça concerne moins les films eux-mêmes que la mentalité, le dogme, la doctrine qui les portait et les environnait.

     
  13. Kinskiklaus

    1 novembre 2017 at 20 h 02 min

    Marc, je te décerne la médaille d’or pour ton commentaire plein de panache et riche en vérités qui font mal. Merci Marc, tu m’as rendu heureux ce soir !

     
  14. Marc Provencher

    5 novembre 2017 at 19 h 10 min

    Ça vient de me revenir ! Le pire film de Louis Malle et de loin : ‘CRACKERS’, remake américain du ‘PIGEON’. « On ne peut refaire ‘LE PIGEON’ », écrivaient Fruttero et Lucentini au début des années 80 dans un article-hommage à Age & Scarpelli. M. Malle ne lisait pas F et L, faut croire. Et puis si vous devez absolument faire un remake de comédie à l’italienne, ne le confiez surtout pas à un cinéaste de type « auteur », aussi bon soit-il. Il vous faut au contraire une équipe d’humbles artisans.

     
  15. JICOP

    24 novembre 2017 at 21 h 18 min

    Sortie en une belle édition du blu-ray d’un de mes Malle préférés:  » le voleur  » avec Belmondo.
    Avec interview de Jean-Claude Carrière, co-scenariste sur le film qui livre comme d’habitude des commentaires passionnants sur Malle, le livre d’origine et le métrage.

     
    • walkfredjay

      24 novembre 2017 at 21 h 27 min

      Superbe film ! Chroniqué en janvier 2018 sur « BDW2 ».

       
  16. Kinskiklaus

    24 novembre 2017 at 22 h 00 min

    Je profite une nouvelle fois de l’occasion pour vous conseiller vivement de lire le chef-d’oeuvre duquel fut tiré le film de Malle : « Le voleur » de Georges Darien !!! (A force d’insister, vous verrez, l’un de vous l’achètera !)

     
    • JICOP

      25 novembre 2017 at 6 h 10 min

      Oui maitre .
      Nous suivrons ton conseil maitre .
      Je profite une nouvelle fois pour te conseiller vivement de voir le film de Malle 🙂

       
  17. walkfredjay

    24 novembre 2017 at 22 h 09 min

    Mais ce livre, il est en 4K ? Il a des bonus ?

     
  18. Kinskiklaus

    24 novembre 2017 at 22 h 14 min

    Absolument ! Et en odorama !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :