RSS

« LES DISTRACTIONS » (1960)

25 Nov
DISTRACTIONS2

JEAN-PAUL BELMONDO

En pleine Nouvelle Vague, un an après « À BOUT DE SOUFFLE », Jacques Dupont signe avec « LES DISTRACTIONS » une sorte de chronique existentialiste, teintée de polar. Il reprend Jean-Paul Belmondo, le héros de Jean-Luc Godard, pour en faire un reporter cynique et indolent, pas si éloigné du mythique ‘Laszlo Kovacs’.DISTRACTIONS

Belmondo retrouve Claude Brasseur, qu’il connut en Algérie, et qui fuit la police après avoir tué un motard (Belmondo était poursuivi pour la même raison dans le Godard !). Il décide de l’aider à se cacher, mais, comme tout ce qu’il fait dans la vie – aventures amoureuses comprises, il le fait à moitié, sans s’impliquer, la tête ailleurs. Alors son « meilleur ami » reprend sa cavale courant vers son issue tragique.

C’est le portrait d’un jeune type amoral, indifférent aux autres, une tête-à-claques sympathique et odieuse à la fois, qui comprendra trop tard le mal qu’il peut faire aux autres, alors qu’il ne fait que « frimer ». Centré sur la prestation assurée du jeune Belmondo, le film est loin d’être inintéressant, même s’il perd trop de temps à décrire les misères sentimentales d’Alexandra Stewart dans un rôle insupportable de pleurnicheuse. Sa beauté solaire heureusement, rattrape les choses ! On reconnaît également Mireille Darc en copine loyale, un jeune Brasseur impeccable en désaxé vulnérable, Sylva Koscina en starlette peu farouche et même – le temps d’un bref caméo – Claude Chabrol qui venait de diriger Belmondo dans « À DOUBLE TOUR ».

Le scénario est très littéraire, les images du Paris des années soixante fascinent et malgré quelques digressions pas toujours utiles, « LES DISTRACTIONS » est une bonne surprise qui confirme que Belmondo a donné le meilleur de lui-même à ses débuts. Pour mémoire, avant ce film, il avait enchaîné « À BOUT DE SOUFFLE », « CLASSE TOUS RISQUES » et « MODERATO CANTABILE ». Difficile de faire mieux et plus éclectique comme rampe de lancement !

DISTRACTIONS3

ALEXANDRA STEWART, MIREILLE DARC ET CLAUDE BRASSEUR

Publicités
 

8 réponses à “« LES DISTRACTIONS » (1960)

  1. lemmy

    25 novembre 2017 at 9 h 59 min

    J’en ai le dvd depuis des décades et je ne l’ai évidemment jamais vu. Merci de m’en donner l’envie !

     
  2. Kinskiklaus

    25 novembre 2017 at 10 h 39 min

    Jamais je n’avais entendu parler de ce film mais rien que ce bout de phrase « … les images du Paris des années soixante… » me donne envie de m’y plonger.

     
  3. Dino Barran

    26 novembre 2017 at 11 h 53 min

    Pareil. Et ce Jacques Dupont est pour moi un illustre inconnu…

     
  4. walkfredjay

    26 novembre 2017 at 11 h 54 min

    On dirait presque un pseudo !

     
    • lemmy

      11 décembre 2017 at 17 h 52 min

      Ce Deray est l’arlésienne des films de Belmondo, la grande inconnue de ses films, aucune édition dvd.

       
  5. walkfredjay

    11 décembre 2017 at 17 h 47 min

    Oui, un Deray en plus !

     
  6. Thomas

    11 décembre 2017 at 17 h 50 min

    incroyable le nombre de « bebel » a découvrir encore !!!

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :