RSS

« WONDER WOMAN » (2017)

14 Jan

Héroïne emblématique de la firme DC, Wonder Woman était déjà apparue en 2016 dans « BATMAN v SUPERMAN : L’AUBE DE LA JUSTICE », avant de devenir, l’année suivante, le sujet même de « WONDER WOMAN ».WW

Réalisé par Patty Jenkins (« MONSTER »), le film retrace la jeunesse de ‘Diana’ sur une île issue de la mythologie grecque et peuplée d’amazones, son implication dans la WW1 et sa love story avec un bel espion (Chris Pine) qui l’entraînera jusque dans les tranchées. Scénaristiquement parlant, c’est n’importe quoi. Du pur délire. Mais il faut reconnaître que c’est très bien confectionné, que les CGI sont magnifiques et que Gal Gadot, absolument radieuse, fait une superhéroïne tout à fait convaincante et séduisante. De fait, sa quête d’Arès, le dieu de la guerre, sa naïveté face au monde « moderne », la découverte progressive de ses propres pouvoirs, finissent par donner un certain sens au spectacle et même à le rendre attachant. Cela n’empêche pas que, comme souvent dans ce genre de film, c’est beaucoup trop long, que le final pyrotechnique s’éternise au-delà du supportable et que le ridicule n’est pas tout à fait évité : on pense à David Thewlis avec sa petite moustache en dieu de l’Apocalypse ou au fez de Saïd Taghmaoui… Mais bon ! C’est un honnête produit pour ados, bourré d’action, d’humour bon-enfant.

Si le couple-vedette assure sans démériter, ils est bien entouré par Robin Wright et Connie Nielsen – qu’on est surpris de retrouver là-dedans – en guerrières carapaçonnées, Danny Huston en officier allemand méphistophélique, Ewen Bremner en sidekick comique et surtout Lucy Davis très drôle en secrétaire énergique.

« WONDER WOMAN » s’inscrit dans la saga DC et on reverra Diana Prince dans de nombreuses suites, au premier ou au second plan, n’en doutons pas une seconde. Tant qu’elle sera incarnée par Gal Gadot, nul ne s’en plaindra.

Publicités
 

15 réponses à “« WONDER WOMAN » (2017)

  1. Thomas

    14 janvier 2018 at 11 h 09 min

    effectivement le film est vraiment agréable et Gal Gadot est une vraie découverte mais le dernier acte est vraiment inutile et même ridicule
    A noter que dans Justice League ,on voit que les réalisateurs sont des hommes car chaque scènes ou elle apparaît contient un plan de son sublime fessier !!!

     
  2. Miguel

    14 janvier 2018 at 11 h 50 min

    Le film aurait été plus sympa si l’histoire se déroulait avant ou pendant la WW2 avec l’ambiance vintage qui à fait le succès de « Captain America ».

     
  3. Seb

    14 janvier 2018 at 11 h 55 min

    Ça y est, c’est reparti pour une louchée de productions DC Comics et de chroniques de films où apparaît Gal Gadot, sur BDW2… :mrgreen:

     
    • walkfredjay

      14 janvier 2018 at 12 h 21 min

      Heureusement qu’elle n’a pas beaucoup tourné ! 😀

       
  4. Kinskiklaus

    14 janvier 2018 at 12 h 07 min

    Gal Gadot, je serais ravi de lui présenter mon super-pouvoir… Voilà tout ce que m’inspire ce film que je ne verrai sans doute jamais. Bon dimanche à tous !

     
    • Marc Provencher

      15 janvier 2018 at 19 h 02 min

      Au fond, quand je dis que j’en ai soupé des films de super-héros, je veux dire par là que j’en ai marre des protagonistes en collants. Mais comme Gal Gadot ne porte pas de collants – l’affiche ci-haut faisant foi – je veux bien faire exception à ma règle et y rincer… pardon, y jeter un œil !

       
  5. walkfredjay

    15 janvier 2018 at 19 h 28 min

    C’est aussi ce que je me suis dit. Sans compter que le scénario porte un regard nouveau et extrêmement documenté sur la WW1.

     
  6. lemmy

    16 janvier 2018 at 12 h 05 min

    Lorsque tu écris que le scénario porte un regard nouveau sur la WW1, tu fais preuve d’une profonde ironie. On a l’impression que les scénaristes ont été bien ennuyés de ne pas avoir de nazis sous la main, donc on fait avec, ou comme si, bref ambiance vintage. Par contre, si Gal Gadot a une certaine cinégénie, elle est également figée : sourcils froncés ou non ; sourire froncé ou pas.

    J’adore les films de super-héros, c’est mes nouveaux westerns spaghettis ou mes romans pulps. Même si le comic book de WW ne m’a jamais plu (il n’a jamais vraiment été traduit en France, à part récemment), contrairement à ceux de Batman, ou même de Superman, j’ai foncé voir le film. Il est très bien, très con, notamment par ses personnages secondaires. Il y a une très belle scène de traversée de champ de bataille. Par contre, le vendre comme un film féministe, c’est un peu fort de café, dire d’un film qu’il est féministe car une femme est en vedette, c’est un peu aller vite en besogne. Whedon avait écrit un scénario où WW évoluait dans un monde vraiment de mâles, ou les personnages masculins en étaient désagréables, ça aurait été plus intéressant que cette douce ironie correcte. Bref, ce n’est qu’un film. Dans le style vintage, je préférais infiniment le premier « Captain America »;

    Par contre, lorsqu’on voit « Bat vs Sup », « WW » et « Justice League », les pouvoirs de Wonder Woman sont peu compréhensibles. Et ce personnage évolue selon les desideratas d’un studio ne sachant pas quelle direction donner à leurs films : là, elle est naïve, après elle a lâché l’humanité, mais en fait non elle nous protège avec optimisme depuis des décennies. Quel bordel.

    Vivement ta chronique du navet Justice League.

     
  7. walkfredjay

    16 janvier 2018 at 14 h 28 min

    Oui, Lemmy. C’était TRÈS ironique ! 😀

     
  8. Seb

    16 janvier 2018 at 16 h 12 min

    Rien à voir avec le film dont il est question ici mais je me permets de rappeler que BDW2 nous avait promis la chronique de Strange Days il y a déjà de cela fort longtemps et que je m’étais impatienté de lire… sans jamais qu’elle arrive ! Je sais pas pour vous mais j’aimerais bien pouvoir me couper les cheveux et les ongles des pieds, moi, maintenant.

     
  9. walkfredjay

    16 janvier 2018 at 17 h 21 min

    J’ai tenté… je vous jure ! J’ai même tenté deux fois ! Et ce film que j’avais adoré à sa sortie… Eh bien, je ne l’ai pas supporté ! Je n’ai pas tenu plus d’une demi heure. Dites-moi que j’ai tort et je retenterai avec stoïcisme. Promis.

     
    • lemmy

      16 janvier 2018 at 17 h 25 min

      Il y a Angela Bassett, on est tout de même à un niveau supérieur à Gal Gadot…

       
  10. walkfredjay

    16 janvier 2018 at 17 h 42 min

    Angela Bassett est incroyable dans le film de Bigelow ! Et oui, Gal Gadot rame loin derrière.

     
    • Seb

      16 janvier 2018 at 19 h 21 min

      C’est effectivement la seule à surnager au sein du cast… pour être solidaire, je l’ai revu il y a quelques années (après l’avoir vénéré étant ado) et suis tombé de très haut: tout y est effroyablement caricatural, grossier, hystérique, so 90’s (dans le mauvais sens du terme) ! Il y a certains films qu’il vaudrait mieux ne jamais revoir…

       
  11. walkfredjay

    16 janvier 2018 at 19 h 43 min

    Celui-là, il m’a surpris. Je ne m’attendais pas à une telle déconvenue.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :