RSS

« THE DARKNESS » (2016)

22 Fév

Pour qui a vu « AMITYVILLE, LA MAISON DU DIABLE » ou « POLTERGEIST », « THE DARKNESS » ne risque pas d’apporter grand-chose au sous-genre du film d’horreur qu’est le film de maison hantée familial.DARKNESS

Seulement voilà, c’est réalisé par Greg McLean (l’homme de la franchise des « WOLF CREEK ») et le casting est des plus attractifs. Alors on se laisse tenter. Après un prologue très réussi dans le Grand Canyon, le scénario retombe immédiatement dans les clichés habituels et n’apporte aucun élément nouveau à cette mythologie des « vieux démons » amérindiens revenus de l’au-delà pour pourrir la vie d’une gentille famille. Côté horreur donc, c’est honnête sans plus, proprement fait, pas spécialement effrayant. Mais ce qui fonctionne le mieux dans « THE DARKNESS », c’est le traitement des personnages centraux et en particulier de la famille : Kevin Bacon en père anxieux et peu sûr de lui, Radha Mitchell en mère qui n’a pas pardonné ses infidélités à son mari, Lucy Fry en ado anorexique et David Mazouz en autiste par qui le malheur va arriver. Les rôles sont tous écrits avec un réel souci d’authenticité, les réactions des protagonistes sont logiques et ancrent le film dans une ambiance concrète et tangible qui crédibilise toute l’histoire. Après bien sûr, il ne vaut mieux pas trop analyser le scénario !

Autour de l’excellent quatuor, McLean a réuni des acteurs de séries TV : Paul Reiser (« DINGUE DE TOI ») en boss un peu beauf, Ming-Na Wen (« URGENCES ») jouant sa femme ou Jennifer Morrison (« DR. HOUSE ») en copine qui ne fait que passer. À noter pour l’anecdote que cette dernière et Bacon apparurent côte à côte dans « HYPNOSE » (1999), autre film de maison hantée où Morrison jouait cette fois-là… le fantôme. « THE DARKNESS » ne restera certainement pas dans les annales, mais il confirme le savoir-faire de Greg McLean, en espérant qu’il saura préserver son identité et ne signera pas trop de films aussi impersonnels.

À noter qu’il existe deux fins radicalement différentes à « THE DARKNESS ». Celle exploitée en salles part dans tous les sens et s’achève en queue de poisson, mais elle est tout de même « moins pire » que l’alternative, visible dans les bonus du DVD.

Publicités
 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :