RSS

« ANNIHILATION » (2018)

02 Juin

Écrit et réalisé par Alex Garland, auteur de talent dont on avait apprécié « EX MACHINA » son premier long-métrage, « ANNIHILATION » est un pur film de science-fiction, au scénario (tiré d’un roman) ambitieux et construit de façon originale et surprenante.ANNIHILATION

Car on a, en gros, trois films en un : le premier tiers est froid, désincarné, place les enjeux (une entité mystérieuse logée dans un phare, qui se propage et menace la planète tout entière), le second est un ‘survival’ où cinq femmes armées de fusils d’assaut traversent une jungle mutante, à la recherche de l’origine du Mal et enfin le dernier est une confrontation poétique et métaphysique aux accents de ballet chorégraphique. C’est dire qu’on n’est pas en terrain connu et qu’on peut se laisser embarquer dans ce film dont la structure constamment en mouvement épouse la thématique et ouvre l’esprit.

Bien sûr, on pourra reprocher un léger abus des CGI avec ce qu’ils ont d’artificiel et d’irritant, mais l’imaginaire de l’auteur compense cette frustration. C’est truffé d’idées démentes : les plantes poussant avec des formes humanoïdes, le sanglier mutant qui a « absorbé » la terreur de sa dernière victime humaine, jusqu’à hurler avec sa voix (à faire dresser les cheveux sur la tête !), pas toutes réussies mais en tout cas insolites et parfois dérangeantes (quelques plans « gore » bien répugnants). C’est un peu lent de façon générale, mais « ANNIHILATION » parvient à faire oublier ses défauts et ses coquetteries par une authentique inspiration et par de splendides trouvailles visuelles, comme ce doppelgänger de l’héroïne à la fin, absolument fascinant.

Dans un casting homogène, tout au service du scénario, on est content de retrouver Natalie Portman en scientifique déterminée et peu souriante, Oscar Isaac en soldat au comportement ambigu et Jennifer Jason-Leigh égale à elle-même en psychologue peu aimable. Plus singulier au fond par sa forme que par son fond, « ANNIHILATION » est étonnamment crédible et cohérent. Car Garland a compris qu’un alien ne fait jamais aussi peur que lorsqu’il n’a pas de forme définitive et qu’il a le pouvoir de nous changer au lieu de nous détruire. En tout cas, un film qui reste en mémoire de façon entêtante et confirme le bien qu’on pensait de son géniteur.

Publicités
 

2 réponses à “« ANNIHILATION » (2018)

  1. Patrick

    2 juin 2018 at 9 h 02 min

    C’est un joli film dommage que la 1ère moitié est lourde mais j’ai préféré Annihilation au décevant et peu original Ex-Machina.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :