RSS

« LES BOOTLEGGERS » (1973)

10 Nov
WHITE2

BURT REYNOLDS

« LES BOOTLEGGERS » est un des films que Burt Reynolds tourna dans la foulée de son succès dans « DÉLIVRANCE » et on y trouve réunis tous les éléments de son vedettariat : le vieux Sud pouilleux et ses trafiquants de whisky, les poursuites en voiture, les shérifs véreux, les jolies blondes à forte poitrine, les « sidekicks » pittoresques, etc.WHITE.jpg

Le film de Joseph Sargent démarre très bien, par l’assassinat de deux jeunes par un shérif fascisant (Ned Beatty), puis par la sortie de prison du frère d’une des victimes (Burt Reynolds) bien décidé à le venger en jouant les indics pour le FBI. Hélas, si le postulat tient la route, le scénario lui-même se délite rapidement. Adoptant le rythme indolent de l’Arkansas profond, le film laisse vivre ses personnages, s’attarde sur des « car chases » interminables et pour la plupart inutiles, offre en pâture quelques bagarres. Le problème est qu’il n’y a pas vraiment de ton bien homogène. Alors que ‘Gator’ est quand même là pour se venger, il passe son temps à draguer les filles, à lâcher ses fameux rires de dindon, comme s’il avait oublié son drame familial tout de même très récent. Ça n’aide pas à se sentir très concerné et l’intérêt se relâche progressivement jusqu’à l’indifférence totale. On retrouve avec plaisir un Reynolds en pleine forme physique, « frimeur » comme jamais et sans moustache, bien entouré de seconds rôles comme Beatty son partenaire dans le film de John Boorman, excellent en salopard à lunettes, Bo Hopkins, R.G. Armstrong, Diane Ladd, Dabbs Greer ou la charmante Jennifer Billingsley.

On peut revoir « LES BOOTLEGGERS » par affection pour Burt Reynolds qui façonne un emploi qu’il perfectionnera pendant plusieurs années, mais c’est tout.

WHITE3

NED BEATTY, BURT REYNOLDS ET R.G. ARMSTRONG

À noter que l’acteur réalisera lui-même la sequel « GATOR ». Dans « LES BOOTLEGGERS », c’est la propre fille – alors enfant – de Diane Ladd, Laura Dern, qui incarne sa fillette dans une fugitive figuration.

Publicités
 

Une réponse à “« LES BOOTLEGGERS » (1973)

  1. Patrick

    10 novembre 2018 at 9 h 05 min

    Sur ce film nous avons parfaitement le même avis, ça débute très bien mais à cause du rythme pas assez nerveux tout se délite au fur et à mesure que cela avance.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :