RSS

« THE NEON DEMON » (2016)

22 Mai

La filmographie de Nicolas Winding Refn est composée de hauts et de bas, et c’est trop souvent qu’il cède à son péché mignon, c’est-à-dire l’extrême lenteur, non dénuée d’une certaine prétention.NEON.jpg

« THE NEON DEMON » se situe plutôt dans cette tendance à la complaisance et à l’auteurisme esthétisant, sans pour autant être complètement à rejeter. Comme souvent influencé par David Lynch, Refn marche dans les travées de « MULHOLLAND DR. » pour suivre une très jeune fille (Elle Fanning, impavide) lors de son arrivée à L.A. dans le milieu des top models qui s’arrachent les faveurs des photographes à la mode. Naïve et confiante, notre « Alice au pays des anorexiques » va changer peu à peu, prendre conscience du pouvoir que lui confèrent sa jeunesse et sa beauté naturelle, et se confronter à un univers impitoyable, voire (littéralement) cannibale. C’est loin d’être inintéressant, souvent traversé d’éclairs fulgurants, mais l’absence de rythme s’avère très préjudiciable. Chaque plan ressemble à une photo d’art (Natasha Brier), mais il dure beaucoup trop longtemps et finit par lasser, voire irriter. Tout comme les choix faits au mixage entre le silence total et la musique poussée à fond. Il reste heureusement quelques images marquantes, comme ce puma dans la chambre de motel, toute la fin où la jeune héroïne est assaillie par une meute de harpies jalouses et sans pitié. Mais il y a des moments franchement glauques, comme cette scène « d’amour » nécrophile (et lesbienne, pour faire bonne mesure) dans une morgue. Dans ce maelstrom d’images et de sons qu’on devine pas complètement maîtrisé, on aperçoit Keanu Reeves en gérant de motel malsain et Christina Hendricks en directrice d’agence de mannequins.

À voir à ses risques et périls donc, ce « THE NEON DEMON », visuellement accrocheur, mais scénaristiquement un peu faiblard tout de même.

Publicités
 

3 réponses à “« THE NEON DEMON » (2016)

  1. stevebullitt

    22 mai 2019 at 8 h 58 min

    Des idées Intéressantes mais film relativement ennuyeux à visionner. En un mot: bof.

     
    • walkfredjay

      22 mai 2019 at 9 h 01 min

      Surtout pas très original et bourré d’influences, de Lynch à Cronenberg…

       
  2. Patrick

    22 mai 2019 at 10 h 46 min

    Peut-être pas son meilleur film mais je l’ai plutôt apprécié, la dernière partie est moins réussie mais Winding Refn reste un de réalisateurs les plus intéressants à suivre de ses dernières années.

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :