RSS

« HONDO, L’HOMME DU DÉSERT » (1953)

22 Août
HONDO2

JOHN WAYNE

Tourné en 3-D par John Farrow, « HONDO, L’HOMME DU DÉSERT » est un bon western produit et interprété par un John Wayne de 46 ans, arborant un des meilleurs « looks » de sa carrière, avec sa veste à franges et son chapeau de soldat.HONDO.jpg

Le scénario, inspiré par une histoire de Louis L’Amour, est linéaire et efficace, même si par moments il semble faire du sur-place et qu’on y reconnaît de nombreux points communs avec « L’HOMME DES VALLÉES PERDUES » sorti la même année. En fait, la grande originalité de « HONDO » tient en deux points : les Apaches ne sont pas dépeints comme des monstres sanguinaires (hormis Rodolfo Acosta, comme d’habitude), mais comme de nobles guerriers spoliés par l’homme blanc. Ensuite, le rôle de la femme tenu par Geraldine Page est – pour l’époque – incroyablement original, puisqu’elle a un physique quelconque (c’est même carrément énoncé dans le dialogue) et une morale bien à elle. Elle ne pleurniche pas, ne dissimule pas ses sentiments et sait faire face sans défaillir aux Indiens. Le premier western féministe ? Wayne lui, est égal à lui-même. Oui, il est difficile d’admettre qu’il soit « à moitié Indien », mais ce détail mis à part, il joue ce tough guy solitaire avec tout son métier et sa présence iconique. Sa relation avec le chien « Sam » est intéressante, dommage qu’elle finisse en queue de poisson, dans l’indifférence générale. Eh oui ! À cette époque, le cinéma U.S. tuait les chiens ! Parmi les seconds rôles, la garde rapprochée de Wayne : Ward Bond, James Arness ou Paul Fix et l’excellent Michael Pate en chef apache intelligent. Leo Gordon est ignoble à souhait dans le rôle du mari fourbe rapidement éliminé.

« HONDO » est un western qui a bien vieilli, sans rien avoir d’exceptionnel. On tique un peu devant certains plans où la doublure cascades de Wayne est TRÈS identifiable et ne cherche d’ailleurs même pas à masquer son visage, et la BO est, par moments, légèrement pénible. Mais on y ressent par moments un souffle fordien et la dernière réplique de Wayne, apprenant que bientôt les Apaches seront éliminés par l’armée, laisse stupéfait : « Ce sera la fin d’un mode de vie », dit-il. « Dommage, c’était un bon mode de vie ». Comme quoi, il ne faut pas se fier aux clichés véhiculés par des critiques trop hâtives.

À noter : une courte série TV sera tournée près de 15 ans plus tard autour du personnage de Hondo Lane, sous le titre « HONDO ». Michael Pate y retrouvait son rôle et l’inconnu Ralph Taeger incarnait le héros avec la même tenue que le Duke.

HONDO3

MICHAEL PATE, JOHN WAYNE ET GERALDINE PAGE

Publicités
 

16 réponses à “« HONDO, L’HOMME DU DÉSERT » (1953)

  1. Miguel

    22 août 2019 at 7 h 09 min

    Un western qui ne m’a pas laissé un grand souvenir sauf peut être l’aspect réaliste et sans éclats des apaches : poussiéreux, sales, parfois trempés comme des serpillières et à la peau sombre et brûlée.

     
    • walkfredjay

      22 août 2019 at 7 h 12 min

      Rien d’un chef-d’œuvre en effet. Mais pas mal de détails inédits qui restent en mémoire.

       
  2. Darcotik

    22 août 2019 at 9 h 43 min

    Un western de bonne facture que sa dernière réplique a fait traverser les âges. Je regrette que le réalisateur se débarrasse aussi vite du chien ; les silhouettes du Duke et du cabot arpentant le désert brûlant constituaient une image forte du film.

     
  3. elborak

    22 août 2019 at 12 h 10 min

    J’ai toujours aimé les romans de Louis L’amour. Et j’ai deviné sans mal d’où venait le scénario. Même si effectivement il n’y a rien d’original, le rôle de Géraldine Page est quand même assez inédit, bien loin de beaucoup de « pleunichisseuses » qui poussent des cris au moindre coup de feu.

     
    • walkfredjay

      22 août 2019 at 17 h 08 min

      J’ai lu quelque part que Wayne était tellement déconcerté par l’apparence physique et par la personnalité de Geraldine Page, qu’il s’était montré peu agréable envers elle. Pas tout à fait prêt en 1953 pour l’égalité hommes-femmes, le Duke !

       
      • Seb

        22 août 2019 at 18 h 30 min

        Je connaissais également l’anecdote mais avec un détail supplémentaire: Geraldine Page avait décidé pendant la durée du tournage de ne pas ou peu se laver (y compris aucun déodorant) pour mieux « se mettre » dans le rôle, ce que le Duke trouvait des plus inconvenant. :mrgreen:

         
      • walkfredjay

        22 août 2019 at 18 h 35 min

        Actors Studio ! Les femmes de cette époque, en pleine cambrousse, n’avaient pas de produits de toilette. Duke aurait dû en prendre de la graine au lieu de faire sa chochotte !

         
      • Seb

        22 août 2019 at 19 h 11 min

        Je proteste ! Un western du Duke n’est pas un western du Duke sans rasage de près et chemise rose impeccablement repassée.

         
      • Jicop

        22 août 2019 at 19 h 48 min

        P’tet bien que c’etait une emmerdeuse a ses yeux, la Geraldine. De toute facon c’est Katharine Hepburn et Glenn Ford qui etaient a l’origine sur le projet.
        Le Duke et une theatreuse comme Page, c’etait de toute facon pas joue d’avance et John Farrow n’est pas Ford ( qui termina toutefois le film ) .
        Le pere de Mia Farrow n’insuffle pas l’energie necessaire au scenario meme si Wayne et le reste du cast sont a la hauteur.
        Un western moyen , sympathique mais sans genie .

         
  4. Darcotik

    23 août 2019 at 12 h 14 min

    Merci de l’info Jicop, je savais pas que Glenn Ford était l’acteur prévu à l’origine pour le rôle. Voilà un film que j’aurais aimé voir.

     
    • Jicop

      23 août 2019 at 18 h 53 min

      De rien Darcotik. Glenn et Farrow s’etaient quelque peu brouilles sur le precedent film du realisateur  » les pillards de Mexico  » et Ford a passe son tour pour  » Hondo  » .

       
      • walkfredjay

        23 août 2019 at 19 h 04 min

        Comme Gregory Peck, Glenn Ford est un des rares acteurs de cette époque qui ne m’ont jamais intéressé. Difficile d’expliquer pourquoi !

         
  5. Jicop

    23 août 2019 at 19 h 13 min

    Oui j’ai cru comprendre 😁
    J’aime bien Glenn. Pas un acteur de genie mais une identification immediate aux bonnes veilles series b de mon enfance avec m’sieur Eddy.
    Il etait quand meme tres bon dans  » 3h10 pour Yuma  » et j’aime bien  » le pistolero de la riviere rouge  » pour les raisons evoquees plus haut. .

     
    • walkfredjay

      23 août 2019 at 20 h 21 min

      Il est vrai qu’il n’y a que deux films de Glenn Ford depuis la création du blog !

       
  6. Darcotik

    23 août 2019 at 21 h 50 min

    Glenn Ford n’est pas Kirk Douglas mais en plus d’avoir une bouille à part moitié badass moitié poupon il a joué dans un paquet de petits westerns parmi mes favoris. « 3h10 Pour Yuma » est évidemment incontournable, et « Le Pistolero De La Rivière Rouge » que cite Jicop est très bien. Il y a aussi le presque humoristique « La Vallée De La Poudre » avec Leslie Nielsen dans le rôle du vilain, le très divertissant « Le Jour Des Apaches » que j’ai dû voir quatre ou cinq fois, « L’Homme De Nulle Part » avec Borgnine et Charley et le sous-estimé « La Poursuite Des Tuniques Bleues », qui va bientôt devenir à la mode puisque Tarantino l’a accroché au mur de la maison de DiCaprio dans son dernier film. Il a aussi tourné dans un honnête Boetticher d’avant la période Randolph Scott. « Hondo » avec Ford, au visage moins nonchalant que le Duke, j’aurais peut-être davantage accroché.

     
  7. Ludovic

    24 août 2019 at 8 h 54 min

    Il y a aussi  » Cow Boy  » de Delmer Daves avec Jack Lemon qui joue un « pied tendre » dans ce film et qui devient aussi dur que Glenn Ford .

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :