RSS

Archives d’Auteur: walkfredjay

CHARLEY’S QUIZ (8)

CB QUIZ9

SOUS LE REGARD DE DEUX TECHNICIENS, CHARLEY RÉPÈTE UNE SCÈNE DE BAGARRE. QUI ATTAQUE-T-IL ? ET DANS QUEL FILM ?

 
10 Commentaires

Publié par le 26 juillet 2017 dans ACTU DE BDW2, LA LÉGENDE DE CHARLEY

 

HAPPY BIRTHDAY, STANLEY !

KUBRICK

STANLEY KUBRICK (1928-1999), RÉALISATEUR VISIONNAIRE ET NOVATEUR DONT L’OEUVRE EST AUSSI PEU FOURNIE QU’ELLE EST SPECTACULAIRE.

 
3 Commentaires

Publié par le 26 juillet 2017 dans ANNIVERSAIRES

 

« NO PAIN NO GAIN » (2013)

PAIN2« NO PAIN NO GAIN » (stupéfiante traduction française de « PAIN & GAIN » !) est signé Michael Bay, plutôt réputé pour ses blockbusters pyrotechniques. Inspiré d’une ahurissante affaire criminelle des années 90 à Miami, le scénario suit les exploits d’un trio de bodybuilders débiles et/ou toxicos se lançant dans le kidnapping de milliardaires puis tout naturellement dans le meurtre.

C’est le ton choisi par les auteurs qui fait tout : on est dans la comédie noire et le sarcasme, dans la satire vitriolique de l’American Way of Life et on pense à un mix entre l’humour de « BURN AFTER READING » des Coen et « BOOGIE NIGHTS » d’Anderson, où jouait déjà Mark Wahlberg.

Passée la surprise de la première demi-heure assez déroutante, le film devient progressivement hilarant, insolite par l’avalanche d’événements monstrueux qui s’enchaînent et délectable grâce à un casting sans la moindre fausse note. Wahlberg est parfait en crétin musculeux narcissique et amoral, Tony Shalhoub très drôle en otage hargneux et increvable, Ed Harris très bien en ex-flic perspicace, Peter Stormare apparaît fugitivement en médecin. Mais c’est Dwayne Johnson qui rafle la mise dans un personnage irrésistible de tas de muscles lent d’esprit, ultrareligieux et schnouffé jusqu’à la moelle. On ne peut qu’applaudir à son timing comique et aux nuances qu’il apporte, même s’il s’agit d’une comédie débridée. S’il fallait une seule raison pour voir « NO PAIN NO GAIN », ce serait lui.

Une très bonne surprise donc, que ce film dont on ne sent jamais passer les deux heures. Le clinquant des couleurs flashy, le montage « cut », les effets de ralenti et les voix « off » ne desservent jamais le propos, bien au contraire. Et la progression de l’horreur et du ‘gore’ se fait en douceur, sans jamais se départir d’un sourire de plus en plus jaune. Michael Bay aurait-il loupé sa véritable vocation ? La comédie !

PAIN

TONY SHALHOUB, DWAYNE JOHNSON, ANTHONY MACKIE, MARK WAHLBERG ET ED HARRIS

 

GERMAN FAR-WEST…

WEST GERMAN BR

4 WESTERNS EN DVD ET BLU-RAY : UN BON ‘SPAG’, UN CLASSIQUE, UNE BONNE SÉRIE B ET UN FACE-À-FACE ENTRE COBURN ET HESTON. ÇA NE SE REFUSE PAS…

 
 

CHARLEY’S QUIZ (7)

CB QUIZ 7

À QUELLE OCCASION CHARLEY A-T-IL RETROUVÉ SA TENUE ET SES ACCESSOIRES DE MINEUR DE FOND, SON PREMIER MÉTIER ?

 
9 Commentaires

Publié par le 25 juillet 2017 dans ACTU DE BDW2, LA LÉGENDE DE CHARLEY

 

« LES AMANTS » (1958)

AMANTS2« LES AMANTS » est le second long-métrage de fiction de Louis Malle après « ASCENSEUR POUR L’ÉCHAFAUD » et, comme la plupart des films du réalisateur, attise la curiosité.

Écrite par Louise de Vilmorin, cette œuvre curieuse, qui fit scandale à son époque, probablement à cause d’une fin « amorale », paraît aujourd’hui non seulement très désuète mais surtout poussiéreuse et parfois même un peu ridicule. Jeanne Moreau, avatar maussade de Mme Bovary, s’ennuie à Dijon. Il faut dire qu’elle est mariée au célèbre boute-en-train Alain Cuny, qui n’a peut-être jamais été aussi lugubre. Alors elle se rend à Paris sans arrêt, cancane avec sa copine Judith Magre et couche – sans enthousiasme excessif – avec un joueur de polo inepte (José Luis de Villalonga, qui n’a rien d’emballant, il faut bien le dire) et finit par rencontrer un jeune archéologue en deux-chevaux (Jean-Marc Bory très effacé) dont elle tombe raide-dingue amoureuse.

Que dire ? C’est élégamment réalisé, finement photographié par Henri Decaë, la musique de Brahms donne à l’ensemble un côté solennel. Mais que tout cela est terriblement assommant, à l’image de tous les personnages du premier au dernier, un défilé de snobs imbuvables, d’idiotes mondaines ou de « rebelles » à deux balles. Le film prend une certaine hauteur avec le long passage « onirique » de la nuit d’amour sous la pleine lune, sorte de rêve éveillé, de retour au paradis originel plutôt réussi et même troublant. Mais dès que le jour se lève, on retombe dans les chassés croisés amoureux et sur la tête de croque-mort de Cuny, etc.

AMANTS

JEANNE MOREAU, JUDITH MAGRE ET ALAIN CUNY

À chacun de succomber ou pas au charme fragile de ce film à l’audace évaporée, qu’on peut voir en double-programme avec « BONJOUR TRISTESSE » pour se faire une juste idée du spleen amoureux des femmes françaises de la fin des années 50.

 
10 Commentaires

Publié par le 25 juillet 2017 dans DRAMES PSYCHOLOGIQUES, FILMS FRANÇAIS

 

CHARLEY’S QUIZ (6)

CB QUIZ6

CHARLEY A FINI PAR CONCLURE. QUI A CRAQUÉ POUR NOTRE AMI ET DANS QUEL FILM FIGURE CETTE SÉQUENCE TORRIDE DANS LE FOIN ?

 
4 Commentaires

Publié par le 24 juillet 2017 dans ACTU DE BDW2, LA LÉGENDE DE CHARLEY