RSS

Archives de Catégorie: ARNAQUES !

« LA FAMILLE » !

Pour bien démarrer la semaine, rien de tel qu’une affreuse petite jaquette de VHS antédiluvienne, exhumée par « BDW2 » dans sa quête incessante de la plus horrible illustration du monde. Celle-ci ne l’est sans doute pas, mais elle vaut tout de même le détour.VHS CITÉ

Le film, « CITÉ DE LA VIOLENCE », copro franco-italienne de 1970, sortit d’abord aux U.S.A. sous le titre normalement traduit par « VIOLENT CITY ». Mais il y eut le triomphe commercial du « PARRAIN » et les films sur la mafia étaient subitement à la mode. Aussi, cette même année 1972, les distributeurs ressortirent-ils le film de Sergio Sollima sous le titre « LA FAMILLE » ! Et sur cette splendide jaquette vidéo, on notera une non moins magnifique ‘tagline’ : « On lui a fait une offre qu’il ne pouvait pas refuser… Mais il l’a refusée ». Que dire ? On frise l’extase !

Quant à l’illustration elle-même, c’est une peinture à dominante marron, montrant Charles Bronson brandissant une arme (même si son bras semble appartenir à quelqu’un d’autre !) et entouré de cercles qui semblent être des viseurs de fusils à lunette. Sobre, efficace, imparable.

 

« DEUX CONTRE LA VILLE » !

cittaMais qu’est-ce donc que « DEUX CONTRE LA VILLE » ? Un quatrième face-à-face entre Jean Gabin et Alain Delon après « MÉLODIE EN SOUS-SOL », « LE CLAN DES SICILIENS » et « DEUX HOMMES DANS LA VILLE » ?

Non, bien sûr. Il s’agit du film de José Giovanni mais revu – et pas mal corrigé – par nos amis transalpins qui ont dû considérer que l’histoire de ce gentil repris de justice suivi par un vieil éducateur luttant contre la peine de mort, n’était pas spécialement vendeuse.

Alors la ville, on en fait carrément New York avec ses menaçants gratte-ciels et on présente les deux stars comme des criminels patibulaires, prêts à commettre un hold-up du siècle. Un peu comme une suite au « CLAN DES SICILIENS », quoi ! Delon arbore même un gros revolver, totalement absent du film (pour une fois !). Quant à Gabin, il a sa tête de caïd bougon et impitoyable, plutôt que celle plus âgée et affable qu’il arbore dans le film. Il suffit parfois de pas grand-chose pour modifier du tout au tout l’appréhension qu’on peut avoir d’un film…

 
2 Commentaires

Publié par le 5 mars 2017 dans ARNAQUES !

 

L’HOMME IMPLACABLE DE SAINT-GERMAIN !

Aujourd’hui, une jolie surprise qui nous vient d’Italie : la jaquette du DVD mystérieux d’un polar – visiblement – avec Jean Gabin.chat-poster

D’abord il y a le visage fermé et inquiétant du « dabe » dans un mood très « CLAN DES SICILIENS », manifestement prêt à dézinguer le fâcheux. Il est en surimpression sur une ville plongée dans la nuit. Ensuite, et c’est là que ça devient bizarre, il y a un premier titre français : « Le Chat », stylisé avec des queues de félin à chaque extrémité et juste au-dessous, ce qui semble être le « vrai » titre italien : « L’HOMME IMPLACABLE DE SAINT GERMAIN » !

Les noms inscrits en petits caractères, dont celui de Simone Signoret, injustement rétrogradée, indiquent qu’il s’agit du « CHAT », le drame psychologique de Pierre Granier-Deferre qui n’a rien, mais alors RIEN d’un polar. Même en creusant !

Qu’on cherche à appâter le gogo avec une jaquette fallacieuse, ça n’a rien de nouveau et c’est toujours aussi réjouissant. En revanche, quel rapport avec le film et Saint-Germain ? L’action se déroule entièrement à Courbevoie ! Et si Gabin joue un retraité bougon et rancunier, le terme « implacable » semble quelque peu outrancier.

 
7 Commentaires

Publié par le 3 mars 2017 dans ARNAQUES !, FILMS FRANÇAIS

 

LE RETOUR DE L’IMMONDE…

L’hiver s’installant, il fallait bien une jaquette particulièrement immonde pour réchauffer le cœur des visiteurs de « BDW2 » en ce week-end. Cette rubrique regorge déjà de chefs-d’œuvre, concentrés pour la plupart sur les films de notre mascotte Charley Bronson, mais depuis quelque temps, ils se font rares.dw5-jaquette

Aussi, devons-nous dûment fêter celle-ci : ce n’est pas une arnaque à proprement parler, puisqu’elle propose une illustration à partir d’images provenant RÉELLEMENT du film contenu dans le boîtier (c’est suffisamment rare pour le noter). Mais en revanche, elle atteint des cimes dans l’abomination esthétique qui la placent instantanément au panthéon des horreurs de la jaquette DVD.

« DEATH WISH 5 » (bon, d’accord, il n’y a pas grand-chose à vendre dans ce film-là !) est donc représenté par une page blanche sur laquelle on distingue vaguement un gros visage mal détouré, à peine identifiable hormis la moustache, flottant dans l’espace. Au-dessous, un lettrage peu lisible nous indique l’œuvre aussi magnifiquement mise en valeur et encore au-dessous, quatre petites photos – dont trois représentent des flammes et/ou des explosions et la dernière est en noir & blanc – à la limite de l’abstraction.

Et cerise sur le gâteau : de vilains petits impacts de balles mal placés, parachèvent ce bijou à l’impact visuel sans égal. Du grand art…

 
10 Commentaires

Publié par le 15 janvier 2017 dans ARNAQUES !, LA LÉGENDE DE CHARLEY

 

DU PLOMB CHAUD POUR CHARLEY !

hot-lead« BDW2 » a par le passé largement écumé le Web pour trouver de quoi alimenter sa collection de jaquettes de VHS et de DVD particulièrement affreuses, concernant les films de sa mascotte Charley Bronson. Aussi celles-ci se font-elles rares depuis quelque temps et commencent à ressembler à une espèce en voie d’extinction. Mais malgré les embûches, la quête du Graal ne cesse jamais et parfois, une pépite surgit de nulle part pour notre plus grand bonheur d’esthètes insatiables.

Aujourd’hui, voici « HOT LEAD » (autrement dit « PLOMB CHAUD ») et son illustration ornant une cassette made-in-U.S.A. des années 80. Nous y voyons une grosse tête de l’ami Charley, légèrement bouffi et moustachu, portant un chapeau noir (manifestement collé à la va-vite) et très certainement extraite d’un « DEATH WISH » de la Cannon. Au-dessous, un bandido mexicain anonyme vide son barillet sur la magnifique « tagline » concoctée par le créatif éditeur : « …SOIS RAPIDE OU SOIS MORT » !

Les noms de quatre acteurs en lettrage blanc nous indiquent qu’il s’agit d’une énième édition du film de montage « LE SOLITAIRE DE L’OUEST ». L’ensemble, dans une délicate dominante rouge (pour faire plus sanglant ?) n’a bien sûr strictement aucun rapport avec le film (pas de moustache, pas de chapeau noir, pas l’ombre d’un bandido, etc.) et s’inscrit orgueilleusement au panthéon des photomontages approximatifs et hideux que nous affectionnons tant ici.

 
1 commentaire

Publié par le 26 décembre 2016 dans ARNAQUES !, LA LÉGENDE DE CHARLEY

 

LA FIN DU MONDE… ET DU JOUR…

END WORLDSorti en 1934, « LA FIN DU MONDE » est le premier film parlant d’Abel Gance, avec Victor Francen en tête d’affiche.

Et le voilà qui sort en DVD aux U.S.A. Bonne initiative ! Alors… que vient-il faire dans cette rubrique généralement dédiée aux jaquettes trafiquées, photoshopées et détournées ?

C’est très simple : l’illustrateur, plein de bonne volonté, a créé une jaquette très « série B » : gratte-ciels qui s’écroulent, foules terrorisées, comète, flammes, etc. Et au premier-plan, un couple apeuré. Comme il est consciencieux, l’illustrateur, il a cherché sur Internet une photo de Victor Francen, pour que ça ait tout de même un rapport avec le film. Il a donc déniché celle-ci, extraite de « LA FIN DU JOUR » (1939).

Le seul petit problème, c’est… qu’il ne s’agit pas de Victor Francen, mais de son partenaire Louis Jouvet, tenant dans ses bras la jeune Madeleine Ozeray qui n’apparaît évidemment pas dans « LA FIN DU MONDE ». Bien essayé, en tout cas !

 

CHARLEY D’ARABIE !

Les Italiens ont tout de même une « griffe », une signature bien à eux, quant aux petites arnaques publicitaires déployées pour vendre des films invendables et créer de la confusion où – a priori – il ne devrait pas y en avoir.CHARLEY ARABIE

Ainsi, cette « locandina » (affiche) du « MAÎTRE DU MONDE » datant d’une réédition de 1970 : d’abord et avant tout, pourquoi le sweat-shirt de Charley a-t-il des rayures rouges alors qu’elles sont bleues dans le film ? Aucune raison… C’est ainsi ! Ça se voit mieux de loin ! Ensuite, pourquoi notre héros se retrouve-t-il dans le désert, encerclé par une armée de bédouins apparemment sur le sentier de la guerre, alors qu’il passe tout le film dans un ballon dirigeable ?

Quel est le message subliminal qu’ont voulu faire passer nos affichistes transalpins ? Ont-ils voulu nous faire miroiter une sorte de « CHARLEY D’ARABIE » ? Une superproduction à la David Lean ? Aucune importance, au fond. L’important est que l’affiche n’ait rien à voir avec le contenu du produit. Sinon, où serait le fun ?

 
5 Commentaires

Publié par le 11 juillet 2016 dans ARNAQUES !, LA LÉGENDE DE CHARLEY