RSS

Archives de Catégorie: CINÉMA INTERNATIONAL

HAPPY BIRTHDAY, FRED !

ZINNEMANN

FRED ZINNEMANN (1907-1997), RÉALISATEUR AUTRICHIEN À LA BRILLANTE ET ÉCLECTIQUE CARRIÈRE INTERNATIONALE.

 
5 Commentaires

Publié par le 29 avril 2017 dans ANNIVERSAIRES, CINÉMA INTERNATIONAL

 

HAPPY BIRTHDAY, SOFIA !

SOFIA HELIN, ACTRICE DE TV SUÉDOISE, AU VISAGE INHABITUEL, IRREMPLAÇABLE EN FLIC ASOCIALE DANS LA SÉRIE « BRON/BROEN ».

 

GUSTAVO ROJO : R.I.P.

GUSTAVO ROJO (1923-2017), ACTEUR URUGUAYEN QUI FIT CARRIÈRE AU MEXIQUE ET TOURNA QUELQUES FILMS ET TÉLÉFILMS AUX U.S.A.

 
1 commentaire

Publié par le 24 avril 2017 dans CARNET NOIR, CINÉMA INTERNATIONAL

 

YVONNE MONLAUR : R.I.P.

MONLAUR

YVONNE MONLAUR (1939-2017), ACTRICE FRANÇAISE QUI FIT CARRIÈRE EN ANGLETERRE, DANS PLUSIEURS FILMS DE LA HAMMER NOTAMMENT.

 

« SOURIRES D’UNE NUIT D’ÉTÉ » (1955)

sourires2« SOURIRES D’UNE NUIT D’ÉTÉ » représente ce qui pourrait se rapprocher le plus d’une comédie au sein de l’œuvre d’Ingmar Bergman. Situé à la fin du 19ème siècle, c’est un marivaudage bourgeois enjoué et sensuel où les drames amoureux sont traités avec une tendre dérision et où les personnages sont plus souvent ridicules qu’émouvants ou tragiques.

Dans ce scénario très théâtral dans sa forme – une succession de tableaux – les couples se font, se défont, les amoureux changent de partenaires, la tragédie se transforme en farce et même la violence, comme cette séance de roulette russe, est désamorcée par des accessoires inoffensifs.

Filmé avec rigueur, dans un magnifique noir & blanc de Gunnar Fisher, le film a bien la forme et l’esthétique d’un Bergman, mais sa légèreté et son autodérision sont très désarmants. Le caméléon Gunnar Björnstrand est comme toujours excellent en avocat vieillissant marié à une gamine (Ulla Jacobsson) qu’il n’ose déflorer. Harriet Andersson déborde littéralement d’énergie et d’érotisme dans un rôle de soubrette délurée. Mais c’est la radieuse Eva Dahlbeck qui crève l’écran en actrice rusée et tireuse de ficelles, sorte de Mme de Merteuil bienveillante. Le spectateur à l’œil exercé, pourra reconnaître dans un plan large, lors de la représentation au théâtre, une toute jeune Bibi Andersson en comédienne.

sourires

EVA DAHLBECK ET HARRIET ANDERSSON

Sans compter parmi les chefs-d’œuvre du maître suédois, « SOURIRES D’UNE NUIT D’ÉTÉ » séduit de plus en plus à mesure qu’il progresse, on s’attache aux protagonistes et on ressent la lourde sensualité qui enrobe tout le film et définit leurs relations aussi bien, si ce n’est mieux, que de froides analyses psychologiques. Un film à part, minutieusement confectionné, aussi attractif que son casting sans la moindre faille.

 

HAPPY BIRTHDAY, CLIVE !

REVILL

CLIVE REVILL, ACTEUR NÉOZÉLANDAIS HAUT-EN-COULEUR, QUI FIT CARRIÈRE EN ANGLETERRE ET AUX U.S.A.

 
6 Commentaires

Publié par le 18 avril 2017 dans ANNIVERSAIRES, CINÉMA INTERNATIONAL

 

« UNE VIE ENTRE DEUX OCÉANS » (2016)

Tourné en Australie, situé après la guerre 14-18, « UNE VIE ENTRE DEUX OCÉANS » est un mélodrame ample et ambitieux, qui marche sur les travées de classiques comme « LA FILLE DE RYAN » ou « LA MAÎTRESSE DU LIEUTENANT FRANÇAIS ».light

Le scénario suit le personnage d’un rescapé des tranchées (Michael Fassbender) qui accepte le poste de gardien de phare sur une île isolée pour se reconstruire. Il épouse une jeune femme (Alicia Vikander), mais leur bonheur est gâché par deux fausses-couches dramatiques. Jusqu’au jour où ils trouvent un bébé dans un canot échoué, auprès du cadavre d’un inconnu.

Derek Cianfrance ne recule devant aucune ficelle du mélo, ce qui étonnamment, donne une force peu commune à son film. Il va jusqu’au bout des sentiments, du sacrifice, des confrontations, et accompagne ces tourments intérieurs par des images somptueuses de la nature en furie, de cieux changeants. On est totalement immergé dans l’histoire, balloté par des dilemmes atroces et insolubles car, comme dans toute bonne histoire – et comme l’affirmait Jean Renoir : « Ce qui est terrible sur cette terre, c’est que tout le monde a ses raisons ».

D’une sobriété quasi-minérale, Fassbender est remarquable, composant un homme détruit, rongé par le complexe du survivant. Alicia Vikander est frémissante, instable, aussi exaspérante qu’émouvante. Et Rachel Weisz est magnifique dans un rôle complexe qu’une comédienne moins experte aurait pu rendre haïssable. On retrouve avec plaisir des vétérans du cinéma australien d’antan comme Jack Thompson ou Bryan Brown.

« UNE VIE ENTRE DEUX OCÉANS » est une franche réussite, une œuvre maîtrisée, intense et sérieuse, tellement habilement fabriquée, qu’on en oublie volontiers certaines grosses ficelles narratives. Un vrai plaisir, un film que n’aurait pas renié David Lean…

light2

RACHEL WEISZ