RSS

Archives de Catégorie: CINÉMA ITALIEN

« EVA » (1962)

EVA

JEANNE MOREAU

Adapté d’un roman de James Hadley Chase, « EVA » est un très curieux film que Joseph Losey semble n’avoir tourné que pour filmer Jeanne Moreau sous toutes les coutures, errant dans Venise, dans les ruelles de Rome.EVA2 Le scénario dépeint la relation sado-maso entre Stanley Baker pseudo-romancier usurpateur gallois exilé en Italie et Moreau, prostituée de luxe, sorte de Dame aux Camélias moderne. Elle devient l’incarnation de la culpabilité de Baker et de son besoin morbide d’expiation, sa mauvaise conscience en quelque sorte. Lui, de plus en plus obsédé par elle en perdra toute dignité, allant jusqu’au bout de sa déchéance.

Cela semble très noir, résumé ainsi, et ça l’est. Mais « EVA » ne se soumet pas à une narration traditionnelle. On dirait que Losey laisse traîner sa caméra au petit bonheur, capte des moments, ponctuant ses longues séquences par des standards de Billie Holiday qui donnent au film une mélancolie poignante. Il faut bien avouer que les parti-pris du film génèrent souvent un ennui irrépressible et qu’on aimerait parfois que le rythme s’accélère, que les enjeux se fassent plus denses, plus dramatiques. Mais ce n’est pas ce qui intéressait le réalisateur, comme le prouve le peu de cas fait du personnage de Virna Lisi. Il se contente de suivre Jeanne Moreau, de la regarder marcher, fumer, boire de l’alcool. En fait, s’il est un rôle qui pourrait synthétiser la comédienne, ce serait probablement celui-ci. Une femme libre, indépendante, cruelle et maussade, dont on ne sait pas bien qui elle méprise de son air dédaigneux. Les hommes qui la désirent et se ruinent pour elle ou… elle-même.

À condition d’être dans un bon mood, « EVA » vaut le coup d’œil, pour ses images en noir & blanc d’une Venise pas encore abimée par le tourisme de masse, pour un Stanley Baker complexe et paradoxal et – répétons-le – pour l’obsession que Joseph Losey ressent visiblement pour sa vedette, qui fait de son film une sorte de « documentaire » romancé sur Jeanne Moreau.

EVA3

VIRNA LISI, STANLEY BAKER ET JEANNE MOREAU

 

ELSA MARTINELLI : R.I.P.

MARTINELLI

ELSA MARTINELLI (1935-2017), ACTRICE DES ANNÉES 60 QUI TOURNA AVEC WELLES, HAWKS ET DE SICA MAIS S’EFFAÇA PEU À PEU.

 
14 Commentaires

Publié par le 8 juillet 2017 dans CARNET NOIR, CINÉMA ITALIEN

 

PAOLO VILLAGGIO : R.I.P.

VILLAGGIO

PAOLO VILLAGGIO (1932-2017), ACTEUR COMIQUE DES ANNÉES 60-70.

 
3 Commentaires

Publié par le 3 juillet 2017 dans CARNET NOIR, CINÉMA ITALIEN

 

HAPPY BIRTHDAY, VITTORIO !

STORARO

VITTORIO STORARO, UN DES GRANDS CHEFS-OPÉRATEURS DE L’HISTOIRE DU CINÉMA, FRÉQUENT COLLABORATEUR DE BERTOLUCCI.

 
1 commentaire

Publié par le 24 juin 2017 dans ANNIVERSAIRES, CINÉMA ITALIEN

 

« SQUADRA CRIMINALE » : saison 1 (2015)

SQUADRA« SQUADRA CRIMINALE » est le titre français (sic !) de la série italienne « NON UCCIDERE » (litt. : « NE PAS TUER »), créée par Claudio Corbucci.

Située à Turin, au sein de la Brigade Criminelle, la 1ère saison se compose de six enquêtes dispatchées en douze épisodes. Les meurtres permettent de connaître toutes sortes de milieux, ils ne concernent que des citoyens « normaux », jamais des gangsters ou des psychopathes. Rien de très original, si ce n’est la personnalité de l’héroïne, incarnée par Miriam Leone, jeune femme introvertie et asociale, abrupte, dépourvue d’humour, mais dont l’apparente dureté dissimule un terrible traumatisme d’enfance et une compassion démesurée pour les victimes, voire les suspects. Idéalement castée, la belle comédienne tient la série sur les épaules.

Intéressante, parfois poignante, « SQUADRA CRIMINALE » n’est pas exempte de défauts : une image monochrome et sans contraste qui fatigue l’œil, des scénarios parfois déséquilibrés où la vie personnelle de ‘Valeria Ferro’ s’avère plus intéressante que l’enquête elle-même et une sensation irritante de répétition (le commissaire et amant de Valeria, constamment en désaccord avec elle, alors qu’elle résout systématiquement toutes les affaires).

La vraie charpente de la série sont les relations orageuses entre l’héroïne et sa mère, magnifique Monica Guerritore échappée d’une tragédie antique, sortie de prison après 17 ans pour avoir assassiné son mari, et qui porte son lot de secrets et de non-dits. Les face-à-face entre les deux actrices, également sobres, investies, sont vraiment extraordinaires de réalisme et d’émotion rentrée. Bien sûr, toutes les enquêtes ne sont pas du même niveau, certaines sont même franchement mal fichues et les rares séquences d’action sont très moyennement filmées, mais « SQUADRA CRIMINALE » séduit malgré tout par sa rigueur, sa sensibilité et, nous l’avons dit, pour le charisme de Miriam Leone qui crève littéralement l’écran.

SQUADRA2

MIRIAM LEONE ET MONICA GUERRITORE

À noter que le coffret DVD sorti en France indique qu’il contient les saisons 1 & 2, alors qu’il ne propose que les douze épisodes de la première saison.

 

HAPPY BIRTHDAY, GASTONE !

MOSCHIN

GASTONE MOSCHIN, ‘TOUGH GUY’ DES ANNÉES 70 ET 80, MÉMORABLE EN CHEF DE LA « MAIN NOIRE » DANS « LE PARRAIN – DEUXIÈME PARTIE ».

 
7 Commentaires

Publié par le 8 juin 2017 dans ANNIVERSAIRES, CINÉMA ITALIEN

 

HAPPY BIRTHDAY, ALIDA !

VALLI

ALIDA VALLI (1921-2006), BELLE ACTRICE DONT LA CARRIÈRE COUVRE SEPT DÉCENNIES ! INOUBLIABLE DANS « SENSO » DE VISCONTI.

 
2 Commentaires

Publié par le 31 mai 2017 dans ANNIVERSAIRES, CINÉMA ITALIEN