RSS

Archives de Catégorie: CINÉMA ITALIEN

HAPPY BIRTHDAY, SALVATORE !

ESPOSITO

SALVATORE ESPOSITO, LA GRANDE RÉVÉLATION DE LA SUPERBE SÉRIE SUR LA MAFIA : « GOMORRA », DANS UN RÔLE À FACETTES TRÈS COMPLEXE.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2 février 2019 dans ANNIVERSAIRES, CINÉMA ITALIEN

 

HAPPY BIRTHDAY, LUCIA !

bose

LUCIA BOSÉ, UNE PETITE CINQUANTAINE DE FILMS ET TÉLÉFILMS POUR UNE DES PLUS BELLES ET MYSTÉRIEUSES ACTRICES ITALIENNES.

 
2 Commentaires

Publié par le 28 janvier 2019 dans ANNIVERSAIRES, CINÉMA ITALIEN

 

HAPPY BIRTHDAY, FEDERICO !

fellini

FEDERICO FELLINI (1920-1993), SON IMAGINAIRE DÉBRIDÉ L’A FAIT DÉFINITIVEMENT ENTRER AU PANTHÉON DES MAÎTRES DU CINÉMA MONDIAL.

 
4 Commentaires

Publié par le 20 janvier 2019 dans ANNIVERSAIRES, CINÉMA ITALIEN

 

HAPPY BIRTHDAY, FERNANDO !

dileo

FERNANDO DI LEO (1932-2003), RÉALISATEUR ITALIEN SPÉCIALISÉ DANS LE POLAR ULTRA-VIOLENT. UN DISCIPLE AVOUÉ DE JEAN-PIERRE MELVILLE.

 
3 Commentaires

Publié par le 11 janvier 2019 dans ANNIVERSAIRES, CINÉMA ITALIEN

 

C’ERA UNA VOLTA DANS L’OUEST…

Pour le cinquantième anniversaire de la sortie italienne de « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST » en 1968, nombre d’hommages, d’expositions, d’ouvrages, ont fleuri ces derniers mois. En attendant le livre-somme du spécialiste anglais Christopher Frayling, voici « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST » de Roberto Donati (aucun lien familial avec Sergio Donati, coscénariste du film), un critique italien qui publie son essai de 140 pages, aux éditions Gremese, traduit en français.IEO DONATI.jpeg

Cela commence par une longue introduction autobiographique de l’auteur (du JEUNE auteur, précisons-le), narrant comment il a découvert le cinéma, puis tardivement l’œuvre de Leone. Ensuite, nous avons droit à une biographie succincte de Sergio Leone que n’importe quel fan connaît déjà par cœur. Il faut attendre la page 57 pour entrer dans le vif du sujet, c’est-à-dire l’analyse de « C’ERA UNA VOLTA IL WEST ». Là encore, rien de très neuf. Des commentaires parfois pertinents, souvent sans grande originalité, des illustrations nombreuses composées pour la plupart de photogrammes du film. Cela ne s’adresse – on l’aura compris – qu’au néophyte qui vient de découvrir « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST » et désire en savoir plus sur sa fabrication et ses concepteurs. Pour le vieux de la vieille ayant vu le chef-d’œuvre des dizaines de fois et possédant déjà toute une bibliothèque d’ouvrages le concernant, c’est vraiment très dispensable.

 
Image

« IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST » A 50 ANS !

WEST 50

 

LA LÉGENDE DE SERGIO…

LEONE

LIVRE ITALIEN SUR LEONE, PARU EN 1990

« Je m’appelle Sergio Leone et je fais la mise en scène de films qui sont toujours très longs et toujours coupés ». C’est ainsi avec un air pince-sans-rire et un sens inouï de la synthèse, que le grand Sergio se présente au début du film qui nous intéresse aujourd’hui.

« SERGIO LEONE, UNE AMÉRIQUE DE LÉGENDE » (2018) est un documentaire produit par Arte, retraçant la carrière du réalisateur italien obnubilé par l’Amérique et qui mourut à l’aube de ses 60 ans, après seulement sept films à son palmarès. Mais quels films !

En 53 minutes, Jean-François Giré – qui signa il y a quelques années deux ouvrages-somme sur le spaghetti western – résume et condense la genèse des deux trilogies du réalisateur et leur impact toujours aussi fort. Sont interviewés des collaborateurs comme Claudia Cardinale (en espagnol !), Ennio Morricone, Clint Eastwood dans des extrait d’émissions plus ou moins anciennes, Leone lui-même dans un excellent français, l’historien Noël Simsolo ami du cinéaste et coscénariste du présent documentaire. D’autres, moins connus. On retiendra surtout la brève intervention de Luciano Vincenzoni qui raconte le « miracle » qui lui valut la reconnaissance éternelle de Leone.

L’admirateur éclairé n’apprendra rien, mais le film constitue une sympathique et chaleureuse approche de l’œuvre du maestro italien et une intéressante analyse de ses influences venues, pour la plupart de l’enfance.