RSS

Archives de Catégorie: FIGURATIONS ET CAMÉOS

QUAND TAB RENCONTRE CLINT…

En hommage à Tab Hunter, qui vient de nous quitter à l’âge de 87 ans, cette photo hautement symbolique de « C’EST LA GUERRE », film autobiographique de William A. Wellman, tourné en 1958 sous le titre original de « LAFAYETTE ESCADRILLE ».TAB CLINT

Sur cette image, le général français Marcel Dalio félicite l’héroïque Tab, qui tient le premier rôle du film. En levant la tête pour recvoir l’accolade, celui-ci cache une partie du visage du soldat derrière lui, qui n’est autre que… Clint Eastwood !

Alors que Tab Hunter caracolait en tête d’affiche, Clint son aîné d’un an végétait encore dans une quasi-figuration. Un cliché de ce qui aurait pu être et qui – tant mieux pour l’ami Eastwood – n’a pas été très longtemps. Si le figurant à moitié dissimulé par la casquette de son collègue au moment où le photographe de plateau appuyait sur le déclencheur, est devenu la star que l’on connaît, Tab Hunter a sombré dans l’oubli et n’a été remis en lumière que pour des révélations sur sa vie privée. C’est la guerre… C’est la vie…

Publicités
 

SO LONG, BILL…

En hommage à Bill Paxton qui vient de disparaître à l’âge de 61 ans, voici une image de sa brève apparition en punk agressif au début de « TERMINATOR » aux côtés de Brian Thompson. Le réalisateur James Cameron refera appel à Paxton pour jouer un marine trouillard dans « ALIENS – LE RETOUR », un mytho dans « TRUE LIES » et un chercheur de trésors dans « TITANIC ».

paxton-rip

BILL PAXTON, À GAUCHE, DÉFIE LE TERMINATOR…

On se souvient aussi de Paxton, comédien versatile et éminemment sympathique, en vampire-loubard dans « AUX FRONTIÈRES DE L’AUBE », en flic m’as-tu-vu dans « PREDATOR 2 », en shérif hyperactif dans « UN FAUX MOUVEMENT ». Il participe à de grosses productions comme « TWISTER » ou « APPOLO 13 », joue un des frères Earp dans « TOMBSTONE », trouve un de ses meilleurs rôles dans « UN PLAN SIMPLE » en loser particulièrement malchanceux.

Il réalise deux longs-métrages dont l’étrange « EMPRISE » en 2001. Il éclate vraiment à la TV en jouant le Mormon marié à trois femmes dans la série « BIG LOVE », en campant un des McCoy dans « HATFIELDS & McCOYS » et le général Houston dans la minisérie « TEXAS RISING ».

Sa brutale disparition va laisser un grand trou dans le paysage audiovisuel américain.

 

LE CHIRURGIEN DE « Z »…

coutard-z

RAOUL COUTARD APPARAÎT BRIÈVEMENT EN CHIRURGIEN DANS « Z », DONT IL ASSURA LA PHOTO, FACE À IRÈNE PAPAS.

 
 

« QUO VADIS » : le casting fantôme !

« QUO VADIS » (bientôt chroniqué sur « BDW2 »), le classique du péplum U.S. tourné en Italie en 1951, a pour particularité de recéler dans les tréfonds de sa distribution une sorte de « casting fantôme » dont les mystères ne sont pas encore tout à fait résolus.

Ainsi, cela fait 65 ans que Liz Taylor est créditée pour un ‘caméo’ : elle est censée jouer une jeune Chrétienne jetée en pâture aux lions. Après enquête, elle a effectivement accepté cette apparition, pour consoler les producteurs après qu’elle ait renoncé au rôle principal, finalement dévolu à Deborah Kerr. Seul souci : le rôle a été coupé au montage ! Ça ne l’empêche pas de figurer depuis, dans toutes les filmographies de l’actrice.

LOREN FIGU

AU CENTRE : SOPHIA LOREN ! OU PAS…

Ensuite, nous avons Sophia Loren ! Mais aussi Adrienne Corri et Bud Spencer (récemment disparus tous les deux), et Venantino Venantini. Si les deux derniers sont totalement invisibles, probablement perdus dans des scènes de foule d’une ampleur alors inédite, on peut reconnaître la jeune Sophia Scicolone (de son vrai nom) dans le public, jetant des fleurs à Robert Taylor faisant son entrée triomphale dans Rome. Mais est-ce vraiment elle ? Le débat est encore ouvert ! La rousse Adrienne est en revanche parfaitement identifiable dans l’arène, grâce à sa chevelure flamboyante.

Dernier membre de ce casting « bis », le vénérable Walter Pidgeon qui a assuré la voix « off », sans être mentionné au générique.

CORRI FIGU

ADRIENNE CORRI, À GAUCHE

 

JEAN & ROMAIN À BEYROUTH…

Le caméo n’est mentionné nulle part, pas même sur IMDB. D’ailleurs, peut-on vraiment appeler cela un « caméo » ? C’est une figuration muette, qui dure le temps d’un travelling.

GARY SEBERG

JEAN SEBERG ET ROMAIN GARY

Jean Seberg pénètre dans un hôtel de Beyrouth, pour retrouver Belmondo. Assis dans le hall, un monsieur barbu, cigarette à la main auquel elle ne s’intéresse absolument pas. Eh bien ce monsieur n’est autre que Romain Gary, le grand romancier, qui a fait cette apparition clin d’œil pour l’excellente raison qu’il était à l’époque le mari de Miss Seberg.

Le film ? « ÉCHAPPEMENT LIBRE » de Jean Becker, bientôt chroniqué sur « BDW2 ».

 

LES CAMÉOS DE NOEL…

Le saviez-vous ? Noel Neill, l’actrice qui incarna la première ‘Loïs Lane’ dans un serial en 1948 puis dans la série TV de 1952, aux côtés de Kirk Alyn et ensuite de George Reeves, est apparue dans deux caméos passés inaperçus ou presque : elle joue la mère de Loïs petite dans un plan de « SUPERMAN » (1978). La gamine voit le jeune Clark Kent dépasser le train en courant, mais sa maman ne la croit pas : « Tu as une sacrée imagination, Loïs Lane ! », lui dit-elle, indulgente. « On ne pourra pas t’enlever ça ». Tout cela sous le regard placide de son papa, incarné quant à lui par… Kirk Alyn (de dos à gauche).NEILL CAMEOS

28 ans plus tard, Miss Neill apparaît fugitivement, à peine identifiable au début de « SUPERMAN RETURNS » où sur son lit de mort, elle lègue sa fortune à Kevin Spacey/Lex Luthor.

Aujourd’hui, Noel Neill nous a vraiment quittés. RIP.

 

SO LONG, ANNE !

En hommage à Anne Jackson qui vient de nous quitter pour – espérons-le –rejoindre son époux Eli Wallach dans un monde meilleur, cette image extraite de « SHINING » de Stanley Kubrick.JACKSON RIP

Anne Jackson y incarne une pédiatre au début du film, dans une séquence avec Shelley Duvall et Danny Lloyd uniquement visible dans le ‘director’s cut’ américain, mais qui fut coupée en France.