RSS

Archives Mensuelles: janvier 2014

HAPPY BIRTHDAY, DANIELA !

BIANCHI

DANIELA BIANCHI, ELLE N’A TOURNÉ QUE 15 FILMS MAIS S’EST RENDUE INOUBLIABLE DANS « BONS BAISERS DE RUSSIE ». LA PREUVE EN PHOTO !

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 janvier 2014 dans ANNIVERSAIRES

 

NI TRINITA, NI SABATA… SARTANA !!!

SARTANA BR

DANS QUELQUES SEMAINES, SORTIE DVD DE CETTE AVENTURE DU HÉROS DE SPAGHETTI WESTERN LE PLUS OUBLIÉ DU GRAND PUBLIC. REDÉCOUVERTE ?

 
 

ENFIN !!!

SORCERER

WARNER ANNONCE ENFIN LA SORTIE EN BLU-RAY DU CHEF-DO’EUVRE SI SOUS-ESTIMÉ DE WILLIAM FRIEDKIN : « LE CONVOI DE LA PEUR ». À REDÉCOUVRIR DE TOUTE URGENCE…

 
 

MIKE KOVAC COURT TOUJOURS…

MAN CAMERA3

4 NOUVEAUX ÉPISODES ANNONCÉS…

 

« ÉVASION » (2013)

Il arrive que sur le tard, certaines stars considérées comme rivales, unissent leurs efforts pour des retrouvailles censées relancer leur carrière. La plupart du temps, c’est trop tard et le résultat est un pétard mouillé, mais pour « ÉVASION », le choix du véhicule et le timing sont parfaits. In extremis !

ÉVASIONAlors qu’ils approchent doucement les 70 balais, Arnold Schwarzenegger et Sylvester Stallone qui venaient de se croiser dans les deux « EXPENDABLES », se retrouvent enfin et véritablement face-à-face dans un film d’action digne de leur folle jeunesse. Vieillis, abimés, alourdis, le muscle discret, ils n’en sont pas moins égaux à eux-mêmes et il faudrait vraiment être un mauvais coucheur pour nier l’intense plaisir généré par cette rencontre.

Enfermés dans une prison haute-sécurité à la « OZ », les deux musclors des eighties portent le film sur les épaules, entourés par un excellent cast de ‘bad guys’ immondes comme Jim Caviezel ou Vinnie Jones et des acteurs qu’on aime comme Vincent D’Onofrio ou Sam Neill. Sly retrouve son emploi de taiseux fataliste légèrement maso sur les bords et s’en prend « plein la gueule » pendant une bonne partie de l’action, évoquant son rôle dans « LOCK-UP ». Il se fait étonnamment piquer la vedette par Schwarzie barbichu et l’air matois, qui n’a – à bien y réfléchir – jamais été meilleur que là. Sa crise de folie (simulée) dans le cachot où il délire en allemand est ce qu’il a fait de mieux à l’écran en tant que comédien. Et l’alchimie entre les deux vétérans, heureusement subtile et sous-jouée, fonctionne à merveille.

Long mais jamais ennuyeux, truffé de coups de théâtre et de bonnes scènes d’action, « ÉVASION » (titre français pas trop compliqué à mémoriser !) est une vraie réussite dans le genre. Il remplit surtout sa mission de réunir deux vieux monstres sacrés pour un rendez-vous trop longtemps différé. Ce n’est pas « HEAT », bien sûr, mais pas non plus « UNE CHANCE SUR DEUX ».

 

HAPPY BIRTHDAY, GENE !

HACKMAN

GENE HACKMAN (ICI DANS SON CAMÉO DE « FRANKENSTEIN JUNIOR ») AUJOURD’HUI À LA RETRAITE. IL NOUS MANQUE AUTANT QUE SEAN CONNERY…

 

« MAN ALONE » : Lee Van Cleef dans « Cheyenne »

CHEYNNE LVC2

LEE VAN CLEEF ET CLINT WALKER

« MAN ALONE » est un épisode de la 7ème et dernière saison de la série western « CHEYENNE ». Notre héros Clint Walker – qui semble grandir à chaque nouvelle aventure ! – recueille un jeune homme blessé sur la piste, qui s’avère être amnésique. Il le soupçonne d’être un hors-la-loi recherché à la suite d’un hold-up. En fait, ses complices sont également à sa poursuite, puisqu’il est parti avec le butin.

Mais le gamin est le fils d’un shérif légendaire tué quelques années plus tôt et Cheyenne a la certitude qu’il est sauvable. Aussi va-t-il affronter les bandits et remettre le galopin sur le droit chemin.

CHEYENNE LVC

STEVE BRODIE

Ce n’est certes pas le meilleur film de la série et le vieux ressort de l’amnésie grince un peu aux entournures. Mais cette grande bûche de Walker remplit bien son office de héros sans peur et sans reproche, entouré de quelques « gueules » comme Steve Brodie en braqueur que même sa mère veut voir mort et notre ami Lee Van Cleef. Celui-ci, loin de son emploi habituel de tueur vêtu de noir ou d’homme-de-main sadique, joue ici… un barman plus ou moins complice des méchants. Il n’apparaît que dans trois courtes séquences avec l’œil torve et le gilet règlementaire et finit en cellule après une molle tentative d’assassinat contre Cheyenne. À trois ans de sa rencontre avec Sergio Leone, Van Cleef était alors au plus bas de sa carrière et se contentait de cachetons minuscules comme celui-ci. Ce qui s’appelle revenir de loin !