RSS

Archives de Catégorie: LES FILMS DE MARCELLO MASTROIANNI

« LES CAMARADES » (1963)

CAMARADES2

BERNARD BLIER, RENATO SALVATORI ET MARCELLO MASTROIANNI

Situé à Turin, à la fin du 19ème siècle « LES CAMARADES », comme bien d’autres classiques de Mario Monicelli, parvient à mêler harmonieusement message politique, histoire avec un grand « H », portraits intimes de « petites gens » et même – un peu – de comédie.CAMARADES.jpg

Marcello Mastroianni, un « agitateur » socialiste, s’arrête à Turin et pousse des ouvriers déjà bien remontés, à entamer une grève pour une vie plus décente. Le mouvement est fragile, les esprits s’échauffent et la fin sera, mais on l’avait deviné dès le début, d’une lucide amertume. Outre sa reconstitution historique admirable de discrétion (on n’y fait à vrai dire, jamais attention tant elle est parfaite), le film vaut pour les dizaines de personnages qui s’y croisent, ridicules, émouvants, faillibles, mais humains et pathétiques. En tête, Mastroianni formidable en « professeur » constamment affamé et frigorifié, mais jamais battu, une sorte de gourou illuminé mais sincère et haut-en-couleur. Autour de lui, Renato Salvatori qu’on voit doucement évoluer du macho égoïste en graine de révolutionnaire, Bernard Blier en grande gueule prompt à la débandade, Folco Lulli exceptionnel en colosse coléreux, symbole de la révolte. Et dans un petit rôle, Annie Girardot dans un emploi classique de putain au grand cœur.

Il y a du Zola dans ce Monicelli, mais un Zola truculent et parfois trivial, qui sait nous cueillir brutalement par des bouts de séquences bouleversants (la raclée que donne l’ado à son jeune frère pour qu’il aille à l’école et ne finisse pas comme lui, puis ce même petit garçon qu’on retrouve à la toute dernière image : simple et poignant). « LES CAMARADES » a du cœur, de l’ampleur, de l’empathie à revendre, mais ne cède pas au pathos et à la sensiblerie. Du vrai grand cinéma italien, en somme.

CAMARADES copie

ANNIE GIRARDOT, FOLCO LULLI, MARCELLO MASTROIANNI, BERNARD BLIER ET GIAMPIERO ALBERTINI

 

« FANTÔMES À ROME » (1961)

FANTASMI.jpgComment résister à un film italien des années 60 avec à son générique des noms comme Ettore Scola (scénario), Giuseppe Rotunno (photo) ou Nino Rota (musique) ? Sans compter le casting et même le sujet alliant comédie et fantastique.

« FANTÔMES À ROME » réalisé par Antonio Pietrangeli raconte le combat d’un petit groupe de revenants pour empêcher le palais de leur descendant récemment décédé, d’être démoli pour construire un centre commercial. C’est très charmant, parfois poétique, parfois cocasse, mais force est de reconnaître que le scénario est anémique, qu’il ne s’y passe pas grand-chose et que le développement du pitch de départ est minimal. Les acteurs en totale liberté, font l’essentiel du travail : Marcello Mastroianni en grande forme dans un rôle de séducteur poudré papillonnant et aussi de jeune oisif tête-à-claques héritant de la demeure, Sandra Milo hilarante en oie blanche pas très futée et se suicidant tous les soirs, Vittorio Gassman – qui apparaît tard dans l’action – en fantôme susceptible d’un peintre moyennement renommé et la sublime Belinda Lee en arriviste sans cœur. Hélas, tous ces talents réunis ne suffisent pas à éviter que l’ennui ne s’installe et ne fasse que s’épaissir à mesure que l’histoire progresse. Pas de surprise, aucune volte-face ou révélation, tout se déroule paresseusement, aimablement, sans la moindre aspérité. On parvient à rester jusqu’au bout pour l’ambiance romaine des sixties, pour des détails pittoresques, des petits rôles attachants (la clocharde se prenant pour la reine, le plombier mal embouché), mais « FANTÔMES À ROME » n’est pas de ces films qui impriment la mémoire et aurait probablement mérité un réalisateur plus caustique, car il possédait un vrai potentiel.

FANTASMI2

VITTORIO GASSMAN, MARCELLO MASTROIANNI ET BELINDA LEE

 

« HUIT ET DEMI » (1963)

OTTO

MARCELLO MASTROIANNI

« Je n’ai plus rien à dire, mais je tiens tout de même à le dire », déclare le réalisateur Marcello Mastroianni dans un éclair de lucidité, en pleine préparation de son nouveau film qu’il rechigne à démarrer.OTTO2

Véritable intrusion dans le cerveau d’un créateur à l’inspiration tarie, pollué par son passé, « HUIT ET DEMI » est une œuvre vertigineuse, aussi émouvante que grotesque, qui n’épargne rien ni personne, pas même le protagoniste, frère jumeau de Federico Fellini. Alors qu’il n’a « rien à dire », celui-ci au lieu de se taire fait de ses états d’âme le sujet-même de son film. La mise en abyme est extraordinaire, d’une complexité inouïe. En pleine crise existentielle, ‘Guido’ ne distingue plus la réalité de ses fantasmes, ni de ses bribes de souvenirs. Il est traqué par ses fantômes, hanté par ses mensonges, ses impostures. Un personnage magnifique, dans lequel Mastroianni dans un de ses plus beaux rôles, déploie toute sa classe dévoyée et lasse. Autour de lui, des femmes, rien que des femmes : son épouse amère, humiliée (Anouk Aimée), sa maîtresse dodue et vulgaire (Sandra Milo, formidable), une starlette anglaise (Barbara Steele) et une vedette souriante et solaire (Claudia Cardinale) qui n’existe probablement que dans son imagination.

C’est un film fascinant, kaléidoscopique, épuisant, sur l’impuissance et la folie du monde du show business. Certaines scènes s’impriment à jamais dans la mémoire, comme la samba de la grosse Eddra Gale sur la plage, la rêverie puérile du harem ou le cocktail final qui s’achève – et ce n’est que justice – en un grand numéro de cirque. La BO sublime de Nino Rota laissait courir l’analogie depuis les premières images.

OTTO3

ANOUK AIMÉE ET CLAUDIA CARDINALE

On ne raconte pas « HUIT ET DEMI » et on n’a nul besoin de l’analyser, comme le démontre l’insupportable personnage du critique français qui suit Guido partout et étouffe ce qui lui restait d’inspiration, tel un affreux Jiminy Cricket castrateur. C’est une œuvre parfaite, folle et angoissante comme un rêve dont on n’arrive pas à ressortir. Un des sommets de la carrière de Fellini.

OTTO4

BARBARA STEELE

 

« LA DOLCE VITA » (1960)

dolce2« LA DOLCE VITA » (le titre français « LA DOUCEUR DE VIVRE » n’est pratiquement jamais utilisé) est une œuvre de transition dans la carrière de Federico Fellini, entre les films intimistes de ses débuts et son cinéma en roue-libre dont on devine ici les prémices.

Dans la Rome décadente des années 60, le film suit quelques jours de la vie de Marcello Mastroianni, écrivain raté et journaliste mondain balloté par les événements, qui se traîne de soirées lugubres en balades nocturnes et alcoolisées, jusqu’à l’hébétude. On ne se souvient généralement que de la première partie, celle où Anita Ekberg starlette américaine en goguette, se baigne dans la fontaine de Trévise. Mais ce n’est en fait qu’une petite parcelle de ce scénario bâti en longs tableaux de plus en plus mortifères et désespérants et qui forme une mosaïque de presque trois heures.

De rencontre en rencontre, on voit Marcello se déliter complètement, lâcher prise, pour devenir ce qu’il est fondamentalement : un bouffon pathétique, un pique-assiette sans talent, un de ces « fantômes » errants au petit matin dans les allées d’un château décati, ou sur une plage où s’échouent les monstres marins. Et sans doute les rêves et les illusions… Le dernier regard regard échangé entre un Marcello trop fardé, grotesque et une pure jeune fille au sourire d’ange, est d’une incroyable portée émotionnelle.

Très lent, « LA DOLCE VITA » n’est pas le film festif promis par le titre. C’est le portrait sans fard d’une société-spectacle en décrépitude, qui n’a aujourd’hui rien perdu de son acuité, bien au contraire. La BO de Nino Rota enrobe les images, créant une ambiance à la fois clownesque et triste. À l’image de son antihéros à la dérive. Autour d’un Mastroianni magistral de justesse et de sobriété, Yvonne Furneaux est excellente dans le rôle de sa fiancée névrosée, Annibale Ninchi superbe en père aussi pitoyable que son fils, Alain Cuny crée un personnage puissamment inquiétant sous ses airs d’homme du monde et bon père de famille. On reconnaît aussi Anouk Aimée, Magali Noël, l’ex-Tarzan Lex Barker en has-been U.S. venu s’abimer, comme tant d’autres, à Cinecitta.

dolce

MARCELLO MASTROIANNI, ANITA EKBERG ET YVONNE FURNEAUX

Loin de se résumer à quelques clichés mythiques ancrés dans l’inconscient collectif (« Marcello ! Marcello ! »), « LA DOLCE VITA » est un instantané cruel d’une époque, qui laisse un arrière-goût un peu écœurant. À ne surtout pas voir un soir de cafard !

 

« LES FLEURS DU SOLEIL » (1970)

MARCELLO MASTROIANNI ET SOPHIA LOREN

MARCELLO MASTROIANNI ET SOPHIA LOREN

Quand le film commence, on craint le pire : Sophia Loren et Marcello Mastroianni sont clairement trop âgés pour leurs rôles et les jolis plans de couchers de soleil font redouter un gros mélo touristique et ripoliné.FLEURS

Mais « LES FLEURS DU SOLEIL » vaut beaucoup mieux que cela. Et le premier tiers, fait de scènes amusantes entre les deux amants, visiblement semi-improvisées, s’il dure un peu trop longtemps, sert néanmoins à rendre crédible et même bouleversant tout le reste du film. Grâce à la mise-en-scène fluide et élégante de Vittorio De Sica, toute au service du scénario et des acteurs, le film transcende le mélodrame pour devenir une œuvre sobre et noble sur la guerre qui détruit tout, jusqu’aux sentiments, sur la force des femmes, la faiblesse des hommes et sur les mauvais aiguillages qui gâchent toute une existence.

Le film est porté à bout de bras par la Loren, magnifique en Napolitaine déterminée et va-de-la-gueule, fidèle jusqu’à l’obsession. Elle a des moments extraordinaires comme cette rencontre avec un Italien pendant une sortie d’usine à Moscou ou ce face-à-face muet avec ce mari tant recherché, sur un quai de gare. Là, l’actrice atteint à la vraie grandeur. Dans un personnage plus effacé et aussi plus ingrat, Mastroianni trouve tout de même le moyen de donner chair à cet « Antonio » fragile et paumé. Leurs retrouvailles se déroulent dans un appartement privé d’électricité et les fait ressembler à des fantômes. Et la pénombre dissimule leur vieillissement aux yeux de l’autre. Sublime idée !

SOPHIA LOREN ET LUDMILA

SOPHIA LOREN ET LYUDMILA SAVELEVA

Les deux monstres sacrés sont bien secondés par Lyudmila Saveleva très touchante dans le rôle délicat de « l’autre femme ».

« LES FLEURS DU SOLEIL » est un beau film, entièrement centré sur son sujet, sans aucune fioriture ou intrigue secondaire. Une femme, un homme, la guerre… C’est tout, c’est déjà beaucoup. Et la conclusion – une fois de plus sur un quai de gare – laisse sur une note d’une infinie tristesse.

 

HAPPY BIRTHDAY, MARCELLO !

MARCELLO MASTROIANNI (1924-1996), FIGURE DE PROUE DU GRAND CINÉMA ITALIEN DES ANNÉES 60. INDÉMODABLE, INDÉTRÔNABLE...

MARCELLO MASTROIANNI (1924-1996), FIGURE DE PROUE DU GRAND CINÉMA ITALIEN DES ANNÉES 60. INDÉMODABLE, INDÉTRÔNABLE…

 

SOPHIA & MARCELLO FOREVER…

« UNE JOURNÉE PARTICULIÈRE »

« UNE JOURNÉE PARTICULIÈRE »

Ils ne sont pas si nombreux, les couples de cinéma mythiques qui ont su évoluer ensemble décennie après décennie et laisser la sensation d’avoir été un authentique tandem. Sophia Loren et Marcello Mastroianni sont de ceux-là et à partir des années 50 sont apparus dans pas moins de 14 films ensemble.

Cela commence en 1950 avec « LES MOUSQUETAIRES DE LA MER », avec Charles Vanel. Marcello tient un bon rôle secondaire, Sophia (créditée ‘Sofia Scicolone’ au générique) fait de la figuration dans une séquence de restaurant.

Ils n’apparaissent pas dans le même sketch de « QUELQUES PAS DANS LA VIE », mais la même année 1954 forment enfin leur duo dans « DOMMAGE QUE TU SOIS UNE CANAILLE » où elle est une voleuse et lui un naïf chauffeur de taxi. Ils sont partenaires de Vittorio De Sica qui les dirigera plusieurs fois par la suite. Le trio se retrouve d’ailleurs l’année suivante dans « PAR-DESSUS LES MOULINS » de Mario Camerini.

En 1956, Mastroianni est un photographe prenant Loren pour modèle dans « LA CHANCE D’ÊTRE FEMME ». C’est De Sica qui les réunit sept ans plus tard dans le film à sketches « HIER, AUJOURD’HUI ET DEMAIN », où Sophia fait devant Marcello un strip-tease d’anthologie. Ils se retrouvent dès l’année suivante, toujours sous l’égide de De Sica pour « MARIAGE À L’ITALIENNE », leur première vraie et totale réussite en commun. C’est la vraie naissance du couple. On les revoit dans « FANTÔMES À L’ITALIENNE » en 1967 où elle est hantée par le spectre d’un Marcello non-mentionné au générique.

« MARIAGE À L’ITALIENNE »

« MARIAGE À L’ITALIENNE »

De Sica les réunit encore pour le mélodrame « LES FLEURS DU SOLEIL » en 1970 et c’est la même année que les deux stars se retrouvent pour « LA FEMME DU PRÊTRE » de Dino Risi.

Cinq ans plus tard, ils tiennent la tête d’affiche de la comédie « LA PÉPÉE DU GANGSTER » dans des rôles caricaturaux et ils atteignent leur pinacle en 1977 avec « UNE JOURNÉE PARTICULIÈRE », le chef-d’œuvre d’Ettore Scola, où ils trouvent peut-être leurs plus beaux rôles : elle en mère au foyer exténuée et lui en homo vieillissant. L’année suivante, « D’AMOUR ET DE SANG » offre à Sophia un personnage extraordinaire de veuve vengeresse en Sicile, laissant Marcello dans son ombre avec un contremploi plus ingrat.

Il faut attendre seize longues années pour les revoir côte à côte sur un écran. Ce sont des adieux doux-amers et en autodérision dans le « PRÊT-À-PORTER » d’Altman, où Sophia Loren refait son célèbre strip-tease devant Marcello Mastroianni qui cette fois… s’endort ! Il devait disparaître « pour de vrai » deux ans plus tard…

Une façon comme une autre de dire adieu à un des plus beaux couples du 7ème Art.