RSS

Archives de Catégorie: IMAGES DE LÉGENDE

DÎNER AU SOMMET…

Pour le plaisir de l’œil, une photo tirée d’un article de presse glané sur le site de l’acteur Steve Rowland et datant vraisemblablement de 1965. Clint Eastwood – portant sa barbe de « …ET POUR QUELQUES DOLLARS DE PLUS » et Charles Bronson dînent avec Rowland.CLINT CHARLEY

Où ? À quelle occasion ? On ne peut que faire des hypothèses. Voici le résultat de la petite enquête de « BDW2 » : pendant cette période, les trois hommes se trouvaient en Espagne. Bronson et Rowland pour « LA BATAILLE DES ARDENNES » et Eastwood à l’occasion du second western de Sergio Leone cité plus haut. Un cliché rare donc, scellant les brèves retrouvailles de Clint et Charley, qui venaient de tourner côte à côte dans un épisode de « RAWHIDE » quelques semaines auparavant.

On notera au passage que l’ami Charley semble avoir mangé beaucoup plus vite que ses camarades et qu’il fumait à table. En 1986, se croisant à nouveau pour l’émission « ALL-STAR PARTY FOR CLINT EASTWOOD », les deux acteurs échangèrent une poignée de mains et Clint fit une allusion à ce fameux repas, laissant entendre qu’il devait toujours une invitation à Charley depuis 1965 !

 
Image

SO LONG, BATMAN !

WEST HOMMAGE

 

LE JACKPOT MEXICAIN !

Voilà bien longtemps que « BDW2 » n’avait pas déniché une jaquette DVD destinée à arnaquer le gogo. C’est aujourd’hui réparé avec « MEXICAN JACKPOT », un petit bijou venu d’Allemagne !

JACKPOTLe film apparaît comme un blockbuster d’aventures exotiques, où Lee Van Cleef de dos, mais dont le nom apparaît en énorme au-dessus du titre, jouerait une sorte d’Indiana Jones chevelu armé d’une tronçonneuse et prêt à affronter des guerriers africains poursuivant une jeune femme en monokini sur un pont de lianes. De quoi attiser la curiosité des cinéphiles et des obsédés !

Bien sûr, le titre étant « LE JACKPOT MEXICAIN », on peut se demander pourquoi on se retrouve en Afrique. Alors évidemment, un peu méfiants, on fait une rapide recherche et on s’aperçoit qu’il s’agit en fait de « THIEVES OF FORTUNE », une série B de 1990, le tout dernier film de Van Cleef, qui y joue un vieux rancher et… qui meurt au bout de cinq minutes !

Cette incroyable jaquette n’a donc strictement rien, mais RIEN à voir avec le contenu du film qu’il est censé vendre. Et par conséquent, il a toute sa place dans le musée de horreurs illustrées de « BDW2 ». Dommage, tout de même, on l’aurait bien acheté ce DVD pour voir ‘Sentenza’ emperruqué se bastonner avec des guerriers masaï à coups de tronçonneuse.

 

HOMMAGE…

MERRILL RIP

DINA MERRILL, LA CLASSE INCARNÉE. ON SE PREND À REGRETTER QUE SA ROUTE N’AIT JAMAIS CROISÉ CELLE D’ALFRED HITCHCOCK…

 
4 Commentaires

Publié par le 23 mai 2017 dans ACTU DE BDW2, IMAGES DE LÉGENDE

 

HOMMAGE…

DARRIEUX 100

DANIELLE DARRIEUX, CENT ANS, DONT 85 DE CINÉMA. QUATRE AFFICHES CHOISIES AU HASARD DANS UNE FILMO DE 141 TITRES.

 

BRANDO INÉDIT…

Un peu d’archéologie, aujourd’hui ! Marlon Brando, acteur mythique parmi les mythiques, roi du comeback, fauteur de troubles invétéré, personnage insaisissable et ingérable, n’a tourné en fait qu’une petite quarantaine de films entre 1950 et 2001.

Tous ces films sont connus, répertoriés, commentés au fil des livres le concernant, des diffusions télé et des rééditions en DVD ou Blu-ray. Ce qu’on sait moins, c’est qu’avant de débuter au cinéma avec « C’ÉTAIENT DES HOMMES » directement en tête d’affiche, Brando avait tourné deux téléfilms.

Le premier, adapté d’une histoire de Henry Kane, fait partie de la collection « ACTOR’S STUDIO ». Diffusé en 1949, « I’M NO HERO » (réalisateur inconnu) voit Brando en jeune médecin obligé d’opérer un gangster blessé, qui le menace de son arme. Ce face-à-face entre la sensation de Broadway et le second rôle Harry Bellaver durait 26 minutes.BRANDO TV

L’année suivante, Marlon apparaît dans « COME OUT FIGHTING » réalisateur anonyme également, téléfilm d’une même durée, qui aurait dû être le pilote d’une série jamais tournée. Il y incarne un boxeur nommé ‘Jimmy Brand’ aux côtés de Richard Boone (qu’il retrouvera 18 ans plus tard dans « LA NUIT DU LENDEMAIN » au cinéma), Lee Tracy, J. Edward Bromberg et Audrey Christie. Ces deux œuvres n’ont jamais refait surface depuis leur sortie. Ont-elles disparu corps et biens ? Sont-elles récupérables dans les archives d’une chaîne de TV ? On serait bien aise de les voir exhumées un jour ou l’autre. Par simple curiosité…

 

QUAND LOLA RENCONTRE CHARLEY…

CB LOLA

« THE WOMAN WHO WANTED TO LIVE »

Dernier petit hommage de « BDW2 » à la très belle et remarquable comédienne Lola Albright, récemment décédée à l’âge de 92 ans.

Elle fut, en 1962, et à quelques semaines d’intervalle, deux fois la partenaire de notre mascotte Charley Bronson. Deux comédiens de la même génération (il avait trois ans de plus qu’elle), dégageant le même genre d’énergie à l’image. Un duo qui fonctionna magnifiquement dans « THE WOMAN WHO WANTED TO LIVE », épisode de « ALFRED HITCHCOCK PRÉSENTE », où Lola, prise en otage par le tueur Bronson, finissait par l’abattre à bout-portant dans son lit de motel ! Ils ne firent hélas, que se croiser dans « UN DIRECT AU CŒUR », véhicule pour Elvis Presley où ils partagèrent une petite scène au début du film. Leur bref face-à-face de 26 minutes dans le mini film noir de TV restera donc leur unique opportunité de jouer ensemble, au grand regret de leurs admirateurs. Quel couple de cinéma ils auraient formé !

CB LOLA2

« UN DIRECT AU COEUR »